Le Bloc québécois se retrouve plongé dans une nouvelle crise, lundi, après la démission surprise du député Gabriel Ste-Marie de son poste de leader parlementaire. Aucune sortie de crise ne devrait avoir lieu avant une rencontre qui se tiendra mercredi.

Maxime Bergeron LA PRESSE

Sept des dix députés bloquistes se sont rangés dans le camp de M. Ste-Marie, si bien que la chef Martine Ouellet se retrouve avec l'appui de seulement trois élus. Le député de Joliette estime que le « lien de confiance » est brisé avec Mme Ouellet. 

Une réunion de plus de deux heures trente des députés du Bloc avec leur chef n'a pas permis de dénouer l'impasse, lundi. Ils ont convenu de se rencontrer de nouveau mercredi matin dans l'espoir de trouver des solutions à la crise.

« Ce que j'ai lancé, c'est un cri du coeur, a-t-il déclaré en point de presse. Ce à quoi je m'attends d'un chef, c'est qu'il inspire et rassemble. On se serait contentés qu'elle ne divise pas trop. »

« Coulage »

Le député fait référence à des propos tenus la semaine dernière par Martine Ouellet à l'occasion de son premier Conseil général en tant que chef du Bloc québécois. Elle a alors dénoncé du « coulage » d'information aux médias et a dit sentir de la « résistance » au sein de son parti.

« On pourrait être encore plus efficaces si les joueurs/joueuses de notre propre équipe ne scoraient pas dans nos propres buts », avait-elle déclaré, des propos qui ont mis le feu aux poudres.

Deuxième crise

C'est la deuxième fois que le Bloc se retrouve dans une telle crise depuis la nomination de Martine Ouellet à sa présidence en mars 2017. En juin dernier, le parti a menacé d'imploser une première fois dans ce que Mme Ouellet avait qualifié de « petite mutinerie ».

Sept des dix députés de la formation -les mêmes qui soutiennent Gabriel Ste-Marie cette semaine- avaient déploré la rupture du lien de confiance avec leur nouvelle chef. Le caucus avait réussi à se réconcilier, mais cette nouvelle crise démontre que l'entente était fragile.

En point de presse lundi matin, Martine Ouellet a admis avoir appris la démission de Gabriel Ste-Marie « sur Twitter » tard dimanche soir. Elle n'avait pas réussi à lui parler avant la réunion du caucus des députés, qui s'est entamée peu avant 11h lundi matin à Ottawa.

« Cet espèce de conflit larvé-là était là avant mon arrivée, a-t-elle déclaré. J'ai travaillé très fort pour faire travailler les gens ensemble, et on voit qu'il [ce conflit] est encore là. Je pense que là, c'est le temps de passer par-dessus ça. »

Promotion de la souveraineté

Les discussions de lundi matin devaient entre autres porter sur la meilleure façon de promouvoir l'option souverainiste, tout en réussissant à défendre les intérêts du Québec à Ottawa.« Il y a tellement de travail à faire, on ne peut pas se permettre de continuer à se diviser comme ça », a commenté Martine Ouellet.

La chef a formulé quelques commentaires à sa sortie de la rencontre vers 13:30. Elle a affirmé que des problèmes avaient été identifiés, et s'est dite « en mode solutions » en vue de la rencontre de mercredi. 

Elle n'estime pas que son leadership est affaibli.

Mme Ouellet, qui partage son temps entre Québec et Ottawa, bénéfice encore de l'appui des députés Xavier Barsalou-Duval, Mario Beaulieu et Marilène Gill.