Source ID:; App Source:

«Peoplekind»: Trudeau regrette sa «mauvaise blague»

Vendredi dernier, en Alberta, Justin Trudeau a interrompu... (Photo Jason Franson, La Presse canadienne)

Agrandir

Vendredi dernier, en Alberta, Justin Trudeau a interrompu une jeune femme qui avait employé le mot «mankind» pour lui dire qu'il faudrait plutôt utiliser le terme «peoplekind».

Photo Jason Franson, La Presse canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Mélanie Marquis
La Presse Canadienne
Ottawa

Justin Trudeau regrette la «mauvaise blague» sur le «peoplekind» faite vendredi dernier dans une assemblée citoyenne à Edmonton - une remarque humoristique qui a valu au premier ministre du Canada des critiques tant sur la colline à Ottawa qu'à l'étranger.

«J'ai fait une mauvaise blague il y a quelques jours qui semble être devenue virale», a-t-il lancé mercredi matin en mêlée de presse avant la réunion de son caucus, abordant le sujet sans que les journalistes ne l'invitent à le faire.

«Ça a bien fonctionné dans la salle et dans le contexte. Hors contexte, ça ne fonctionne pas aussi bien», a argué le premier ministre, qui a dit n'avoir «pas nécessairement le meilleur des bilans en matière de blagues».

«C'est un petit rappel pour moi que je ne devrais pas faire de blagues, même si je pense qu'elles sont drôles», a-t-il laissé tomber devant la porte de la salle où l'attendaient ses députés.

Le premier ministre Trudeau avait préparé cette déclaration pour revenir sur ce moment où, vendredi dernier, en Alberta, il a interrompu une jeune femme qui avait employé le mot «mankind» pour lui dire qu'il faudrait plutôt utiliser le terme «peoplekind».

Cette remarque du premier ministre a été relevée dans les médias à l'international, notamment sur le plateau de l'une des émissions favorites du président américain Donald Trump, Fox and Friends, ainsi que dans une chronique au vitriol de l'animateur britannique Piers Morgan.

«Comment osez-vous tuer l'humanité, M. Trudeau», s'indigne ce dernier dans une longue tirade publiée mardi dans le Daily Mail, où il traite le premier ministre canadien de «sans colonne» en lui reprochant sa rectitude politique.

Sur la colline, on a aussi tourné en dérision la langue trop «inclusive» - le mot «humanité», en anglais, référant directement à l'Homme («man»), la tentative de Justin Trudeau s'apparentait au fait de vouloir remplacer «patrimoine» par «héritage culturel», en français.

Les conservateurs, en particulier, en ont fait leurs choux gras. La députée Lisa Raitt, entre autres, avait profité d'une question en Chambre, mardi, pour tourner en dérision les propos du premier ministre.

Certains élus de la formation, dont le député de Mégantic-L'Érable, Luc Berthold, n'ont pas acheté la justification de Justin Trudeau, mercredi.

«Je ne crois pas du tout le premier ministre quand il prétend avoir fait une blague. (...) Quand il se met les pieds dans la bouche, ça devient une blague? Ça lui a pris combien de jours (ou d'articles) avant d'agir!  polcan  assumersesparoles», a-t-il écrit sur Twitter.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer