Le premier ministre Justin Trudeau a entamé mercredi une visite de quatre jours aux États-Unis.

LA PRESSE CANADIENNE

Il visitera notamment des États « bleus » qui pourraient être plus réceptifs à ses positions concernant le commerce et l'environnement.

Les villes de Chicago, San Francisco et Los Angeles ont largement voté pour Hillary Clinton en 2016 et elles devraient former des bastions démocrates lors des élections de mi-mandat plus tard cette année.

Le premier arrêt de M. Trudeau, mercredi à Chicago, risque d'être houleux.

Des syndicats prévoient manifester près de l'Université de Chicago avant son discours, pour l'inciter à respecter sa promesse d'exiger des protections plus robustes pour l'environnement et les travailleurs au sein d'une nouvelle mouture de l'ALÉNA.

À San Francisco, M. Trudeau rencontrera plusieurs leaders du secteur technologique, dont le patron d'Amazon, Jeff Bezos.

À Los Angeles, il prononcera vendredi un discours vantant les bienfaits du libre-échange devant des dirigeants locaux, à la Bibliothèque nationale Ronald-Reagan.