Source ID:; App Source:

Mulcair réprimandé par le président de la Chambre

Le chef du NPD Thomas Mulcair... (Photo Adrian Wyld, PC)

Agrandir

Le chef du NPD Thomas Mulcair

Photo Adrian Wyld, PC

Hugo de Granpré
Hugo de Grandpré
La Presse Canadienne
OTTAWA

Le président de la Chambre des communes, Andrew Scheer, a rappelé Thomas Mulcair à l'ordre, mercredi, mais refusé d'intervenir pour forcer le gouvernement à répondre aux questions de l'opposition durant la période de questions.

Andrew Scheer, président de la Chambre... (Photo Sean Kilpatrick, Archives PC) - image 1.0

Agrandir

Andrew Scheer, président de la Chambre

Photo Sean Kilpatrick, Archives PC

Le chef du NPD a sévèrement critiqué le président, mardi, après que le secrétaire parlementaire du premier ministre Stephen Harper eut répondu à une question sur la mission canadienne en Irak par une attaque contre les troupes néo-démocrates au sujet de leur appui à Israël.  

« Monsieur le Président, il y a des règles dans le livre au sujet de la période de questions, a tonné M. Mulcair. Vous êtes l'arbitre. Nous vous demandons de faire respecter ces règles sur la pertinence de la période de questions. »

Après avoir reçu une autre réponse sur Israël à une question sur l'Irak sans que le président intervienne, M. Mulcair a lancé : « Monsieur le Président, ça ne dit rien de bon sur votre neutralité dans cette Chambre ».

Andrew Scheer est un député conservateur de la Saskatchewan. Geste inhabituel, il a pris la parole avant la période de questions mercredi pour donner suite à cette prise de bec. Il a commencé par réaffirmer sa neutralité et son impartialité. « Le Président n'est le servant d'aucune partie ou majorité de la Chambre, mais de l'ensemble de son institution », a-t-il déclaré.

Il a ensuite rappelé que « le Président n'a pas d'autorité sur le contenu des réponses données par un ministre ou un secrétaire parlementaire sur une question posée durant la période de questions ».

Il a souligné que cette problématique avait déjà été soulevée, et qu'il avait alors invité les députés à adopter de nouvelles règles s'ils le souhaitaient. « Mais la Chambre n'a pas cru bon de changer nos pratiques », a-t-il indiqué.

M. Scheer a conclu son allocution par un rappel à l'ordre à tous les partis : « Inutile de dire que les expressions et le langage douteux que nous avons entendu hier ne font rien pour aider le président à gérer la période de questions, et j'exhorte tous les membres à être judicieux dans les expressions qu'ils choisissent ».

Il y a ajouté une mise en garde au chef néo-démocrate : « Des réflexions passées sur la personne ou les actions du Président - des allégations de parti pris par exemple - pourraient être considérées par la Chambre comme une atteinte au privilège [parlementaire] et punies en conséquence ».

Il n'a pas précisé le type de sanction qui pourrait s'appliquer.

Thomas Mulcair a paru réjoui de cette intervention en sortant de la Chambre des communes. « M. Scheer admet que les termes utilisés hier par M. Calandra étaient totalement de mauvais goût, inacceptables et antiparlementaires. Donc je suis rassuré de l'entendre dire ça »,  a-t-il dit.

« Je pense qu'en mettant un cercle autour de la tache, les gens ont réalisé que peut-être c'était la fin de la récréation pour ce genre de bêtise de la part des conservateurs », a-t-il ajouté.

Les questions posées par M. Mulcair mardi visaient à confirmer la date exacte de la fin de l'engagement militaire de 30 jours du Canada en Irak.

Le secrétaire parlementaire Paul Calandra a répondu en parlant plutôt d'un chargé de financement au NPD qui aurait qualifié les actions de l'Armée de défense d'Israël de « putain de génocide ». « Est-ce qu'Alex Anderson parle pour le NPD lorsqu'il dit ces choses honteuses? » a demandé M. Calandra.

M. Mulcair a ridiculisé sa réponse avant de s'impatienter : « Je peux comprendre la confusion, a-t-il dit. Nous sommes au Moyen-Orient et nous sommes dans les "i". Mais nous parlons de l'Irak! »

Il est revenu à la charge mercredi avec les mêmes questions et a finalement obtenu certaines réponses : le déploiement canadien a bel et bien commencé officiellement le 5 septembre et une réévaluation de la mission sera menée 30 jours après cette date. Il n'a pu cependant apprendre combien des 69 militaires assignés à cette mission - qui ne doit pas être une mission de combat - sont arrivés à destination.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer