Le ministre des Finances, Joe Oliver, accueille sobrement les données corrigées du taux de chômage au pays en juillet de Statistique Canada. Loin d'admonester l'organisme pour cette importante erreur, M. Oliver a préféré mettre l'accent sur la tendance de la croissance de l'emploi au pays depuis la récession de 2008.

JOEL-DENIS BELLAVANCE LA PRESSE

En juillet, l'économie canadienne a créé près de 42 000 emplois, et non pas les maigres 200 emplois annoncés la semaine dernière, a indiqué Statistique Canada. La création d'emplois est donc deux fois plus importante que ce qu'avaient prévu les économistes. Le taux de chômage a quant à lui baissé de 0,1% pour s'établir à 7%.

« Les chiffres mensuels de l'emploi peuvent être volatils. Ce qui compte davantage, c'est la tendance à long terme de croissance de l'emploi au Canada », a affirmé le ministre Oliver dans une déclaration envoyée aux médias.

Il a rappelé que le Canada n'est pas à l'abri des difficultés économiques mondiales qui surgissent à l'extérieur de ses frontières. « C'est particulièrement vrai des difficultés qui persistent aux É.-U. et en Europe - qui comptent parmi nos plus importants partenaires commerciaux », a-t-il souligné.

Mais il a aussi souligné que le Canada est le pays du G7 qui a réussi à créer le plus d'emplois depuis la crise de 2008. « En fait, nous avons créé presque 20 % plus d'emplois par habitant que notre concurrent le plus proche. Du million de nouveaux emplois nets créés, presque 90 % sont des emplois à temps plein et presque 80 % ont été créés dans le secteur privé. »

M. Oliver doit prononcer ce midi un discours devant la Chambre de commerce du Manitoba, à Winnipeg.