Un nouveau rapport gouvernemental interne suscite de nouveau des questions quant à la tendance du gouvernement Harper de dépêcher de grandes équipes d'observateurs électoraux en Ukraine.

Mike Blanchfield LA PRESSE CANADIENNE

Ce document complété en mars, préparé par une firme externe au bénéfice des Affaires étrangères, affirme que le fait d'envoyer des missions bilatérales composées d'observateurs indépendants n'est pas sans risque pour la crédibilité du Canada.

Les Affaires étrangères défendent cependant ces missions, affirmant qu'elles aidaient à promouvoir les valeurs canadiennes, comme le soutien à la démocratie.

Le rapport est le plus récent d'une série d'évaluations gouvernementales internes ayant fait apparaître certains signaux d'alerte à propos des missions d'observation ukrainiennes.

Ottawa a dépêché 350 personnes pour observer la présidentielle du 25 mai en Ukraine, dans le cadre d'une mission bilatérale dirigée par le Canada.

Un autre groupe de 150 Canadiens ont participé à une démarche multinationale dirigée par l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, qui est considérée comme l'agence internationale la plus crédible pour mener de telles missions.