Source ID:; App Source:

Harper joue la carte de l'unité nationale

Dans les rangs conservateurs, on affirme que ce... (PHOTO TODD KOROL, REUTERS)

Agrandir

Dans les rangs conservateurs, on affirme que ce n'est pas un hasard si le premier ministre tient à souligner que l'unité nationale se porte mieux depuis 2006, soit depuis l'arrivée des conservateurs au pouvoir.

PHOTO TODD KOROL, REUTERS

(OTTAWA) Le premier ministre Stephen Harper estime que son gouvernement, en minimisant les conflits avec les provinces, a joué un rôle dans le déclin du mouvement souverainiste au Québec. Et à quelque 15 mois des prochaines élections fédérales, il souhaite que les électeurs en prennent bonne note.

Pour la deuxième fois en deux semaines, M. Harper a fait un lien entre la chute des appuis à l'option indépendantiste au Québec et les politiques prônées par son gouvernement conservateur.

M. Harper a d'abord défendu cette idée dans une entrevue accordée à Radio-Canada le 25 juin alors qu'il se trouvait au Saguenay-Lac-Saint-Jean, où il a annoncé le renouvellement de l'entente sur le transfert de la taxe sur l'essence de 5 milliards au Québec en compagnie du premier ministre Philippe Couillard.

«Pendant ma période comme premier ministre, l'appui à la souveraineté du Québec a baissé graduellement et continuellement. Ce n'est peut-être pas notre parti qui a le crédit, mais c'est la réalité. Notre façon de gérer la fédération est meilleure pour les Québécois que les autres», a alors affirmé le premier ministre.

M. Harper est revenu sur cette question en fin de semaine, en français et en anglais, alors qu'il prononçait un discours lors de son barbecue annuel organisé dans le cadre du Stampede de Calgary. Le premier ministre a d'abord souligné que 2014 marque le 200e anniversaire de naissance de George-Étienne Cartier, un conservateur du Québec et allié de John A. Macdonald. Il a ajouté que son gouvernement met en oeuvre les principes de Cartier et que cela s'avère profitable sur le front de l'unité nationale.

«Le déclin progressif du sentiment indépendantiste au Québec pendant la gestion de notre gouvernement, un gouvernement qui a respecté les principes de Cartier, est une évolution dont nous devrions être très fiers en tant que parti», a-t-il fait valoir, se félicitant au passage que les Québécois aient rendu «le verdict le plus décisif» en faveur du fédéralisme des quatre dernières décennies.

Historiquement, le Parti libéral du Canada a toujours été perçu par les électeurs comme le meilleur gardien de l'unité du pays, en particulier en Ontario, la province qui compte le plus de sièges à la Chambre des communes. De toute évidence, Stephen Harper veut s'approprier cette carte importante, alors que le compte à rebours électoral est commencé, tout en conservant celle de l'économie et la bonne gestion des finances publiques.

Baisse des tensions 

Dans les rangs conservateurs, on affirme que ce n'est pas un hasard si le premier ministre tient à souligner que l'unité nationale se porte mieux depuis 2006, soit depuis l'arrivée des conservateurs au pouvoir.

Car ils soutiennent que M. Harper a réduit considérablement les tensions fédérales-provinciales, qui étaient légion lorsque les libéraux étaient au pouvoir, en prônant un «fédéralisme d'ouverture».

En 2011, la députation du Bloc québécois, qui avait régné en maître pendant près de 20 ans au Québec en remportant la majorité des sièges élection après élection, a été réduite à quatre sièges. Aux élections provinciales du 7 avril, le Parti québécois a été chassé du pouvoir après un règne minoritaire de 18 mois.

«Personne ne peut enlever à Stephen Harper qu'il a reconnu la nation québécoise, qu'il n'a pas alimenté les chicanes, qu'il a respecté les compétences des provinces et qu'on équilibre notre budget non pas sur le dos des provinces, mais en faisant le ménage dans notre cour. Personne ne peut enlever cela à M. Harper et à notre gouvernement», a affirmé à La Presse une source conservatrice.

«M. Harper peut prendre le crédit pour cette nouvelle dynamique et il doit le prendre. C'est certain qu'on l'a décrit, à l'époque où le Bloc détenait près de 50 députés, comme quelqu'un qu'il n'est pas. Mais il faut reconnaître ce qu'il a fait pour l'unité nationale.»

Une autre source conservatrice a rappelé que c'est le gouvernement Harper qui a réglé le déséquilibre fiscal et qui a accordé un siège au sein de la délégation du Canada à l'UNESCO. Et elle a ajouté que la priorité de M. Harper - l'économie et les emplois - est aussi celle de la majorité des Québécois.

«M. Harper vient de l'Alberta et il comprend la spécificité du Québec et l'importance de respecter les pouvoirs des provinces», a affirmé cette source.




la boite: 1600127:box; tpl: 300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

La liste:-1:liste; la boite:219:box; tpl:html.tpl:file
image title
Fermer