L'ancien directeur général des élections Jean-Pierre Kingsley estime que deux dispositions de la réforme électorale proposée par le gouvernement Harper doivent être abandonnées afin de préserver l'intégrité et l'impartialité du système électoral canadien.

Publié le 25 mars 2014
LA PRESSE CANADIENNE

M. Kingsley croit qu'en interdisant dorénavant qu'une personne se porte garante pour un électeur qui n'a pas ses papiers d'identité privera de leur droit de vote de nombreux Canadiens.

De plus, le fait de museler le directeur général des élections, en lui permettant seulement de communiquer avec les électeurs pour les éclairer sur la mécanique du scrutin, va miner la confiance des Canadiens dans le processus électoral.

Lorsque le projet de loi C-23 a été présenté pour la première fois, M. Kingsley lui avait donné une note de A moins. Mais bien qu'il continue d'affirmer que le projet de loi contient des éléments intéressants, il endosse désormais le point de vue de l'actuel directeur général des élections, Marc Mayrand, qui est très critique de la réforme proposée par les conservateurs.

M. Kingsley estime aussi qu'une disposition qui permettrait indirectement aux partis politiques de dépenser des millions de dollars de plus durant les campagnes électorales devrait être abandonnée.