L'employé du Parti libéral qui a orchestré une campagne Twitter pour attaquer le ministre conservateur de la Sécurité publique Vic Toews a agi seul, sans jamais parler de son projet à ses supérieurs, a-t-il affirmé à un comité parlementaire mardi.

Publié le 24 avr. 2012
Martin Croteau LA PRESSE



Adam Carroll a témoigné devant les élus, mardi, deux mois après que le chef libéral Bob Rae eut admis qu'il était à l'origine du fameux compte Vikileaks30.

« Je suis Vikileaks30, a-t-il déclaré aux élus. Je suis le seul auteur de ce site. »

M. Carroll a créé ce compte peu après que le gouvernement Harper eut déposé le projet de loi C-30. Ce projet aurait permis au gouvernement et la police d'obtenir des renseignements personnels sur des citoyens sur l'internet sans mandat.

Sous ce couvert, l'employé du PLC a diffusé une série d'informations sur le divorce et une affaire extraconjugale du ministre Toews, qui parrainait le projet de loi C-30. Son chef Bob Rae a finalement révélé sa véritable identité à la fin février et a offert ses excuses auministre.

« Le ministre croyait fermement qu'il devrait savoir tout sur nous, a offert M. Carroll en guise d'explication. Alors peut-être que nous aurions dû en savoir davantage sur l'homme qui veut un accès illimité à nos informations. »

Les documents qu'il a utilisés pour alimenter son compte Twitter étaient accessibles au public, puisqu'ils ont été produits devant un tribunal manitobain.

Les conservateurs, majoritaires au comité parlementaire sur l'accès à l'information, la protection des renseignements personnels et l'éthique, avaient forcé M. Carroll à témoigner sur ses actions. Le député ontarien Dean Del Mastro a voulu savoir pourquoi l'ancien employé libéral était en possession des documents détaillant le divorce du ministre Toews, lui qui n'avait jamais mis les pieds au Manitoba.

« Lorsque le chef libéral s'est excusé à la Chambre des communes après avoir dit qu'il venait tout juste d'apprendre l'existence de cette campagne, il a affirmé que la vie privée est hors jeu, a souligné M. Del Mastro. Et pourtant, le Parti libéral a une copie du dossier de divorce du ministre de la Sécurité publique. Si la vie privée est hors-jeu, comment sefait-il qu'ils aient ce dossier ? »

Plus de détails à venir.

L