Le premier ministre du Canada a demandé à la Gendarmerie royale du Canada de lancer une enquête sur l'un de ses anciens conseillers.

Publié le 16 mars 2011
LA PRESSE CANADIENNE

Un porte-parole de Stephen Harper a confirmé que la GRC se penchera sur le passé de Bruce Carson, après que le Bureau du premier ministre ait reçu des documents faisant état de possibles actes préjudiciables.

Ces documents émanent du Réseau de télévision des peuples autochtones (RTPA), qui a mené sa propre enquête au sujet de M. Carson.

Dimitri Soudas n'a pas voulu préciser la nature des allégations, mais il a cependant déclaré que le premier ministre n'avait jamais été informé par M. Carson, de quelque façon que ce soit, de ces présumées activités.

M. Soudas a également fait référence aux sévères lois anti-corruption existant au Canada et rappelé que les gens qui ne les respectaient pas devaient en subir les conséquences.

Le porte-parole du premier ministre a ajouté que le gouvernement n'avait pas l'intention de communiquer avec M. Carson.

Le Bureau du premier ministre a également transmis les allégations mises au jour par le RTPA au Commissariat aux conflits d'intérêts et à l'éthique et au Commissariat au lobbying.

Une biographie en ligne note que M. Carson a également été coprésident d'un groupe de travail chargé de développer de nouvelles méthodes pour traiter des requêtes spéciales des Premières nations.

M. Carson n'a travaillé au Bureau du premier ministre depuis plus d'un an, mais il a déjà été un conseiller principal de M. Harper en matière d'énergie et d'environnement.

À l'heure actuelle, M. Carson occupe les fonctions de directeur exécutif de l'École de l'énergie et de l'environnement du Canada, à Calgary