Conservateurs et libéraux se sont ligués mardi contre la députée néo-démocrate Libby Davies, le premier ministre Stephen Harper réclamant même son expulsion pour des propos controversés sur le conflit israélo-palestinien.

LA PRESSE CANADIENNE

Mais le chef du Nouveau Parti démocratique (NPD), Jack Layton, a rejeté du revers de la main la possibilité de sévir contre sa leader parlementaire pour des réponses livrées en entrevue lors d'une manifestation à Vancouver au début du mois.

Questionnée sur le début de l'«occupation» en Israël - en 1948 ou 1967? -, Mme Davies a répondu 1948, l'année de la création de l'État d'Israël.

Le député libéral Bob Rae a soutenu qu'en vertu de cette réponse, on devait conclure que Mme Davies estimait qu'il n'y avait pas de légitimité à l'existence d'Israël depuis 1948.

Une personne qui affirme de telles choses «ne devrait pas occuper une fonction politique d'importance au sein d'un parti politique majeur», a argué M. Rae.

Mme Davies avait publié une lettre sur son site Internet s'excusant pour ses remarques de la semaine dernière, disant avoir commis une «erreur».

Mais M. Harper a tenté d'utiliser cet incident comme élément de diversion autour des discussions sur la consultation de documents sur le traitement des détenus afghans.

Quand M. Layton a accusé M. Harper aux Communes de dissimuler la vérité en refusant de dévoiler tous les documents, le premier ministre a déclaré que la seule personne qui «cachait la vérité» était le chef du NPD, en minimisant les propos de sa députée.