(Ottawa) La ministre des Affaires étrangères, Mélanie Joly, a rencontré lundi son nouvel homologue britannique pour la première fois depuis l’arrivée au pouvoir du Parti travailliste au Royaume-Uni la semaine dernière.

Elle est la première ministre des Affaires étrangères à être invitée à rencontrer David Lammy à Londres depuis sa récente nomination au poste de secrétaire d’État britannique aux Affaires étrangères, au Commonwealth et au Développement.

La semaine dernière, le paysage politique britannique s’est profondément modifié, avec le départ du gouvernement conservateur après 14 ans au pouvoir.

PHOTO PAUL ELLIS, ARCHIVES AGENCE FRANCE-PRESSE

David Lammy

« Peu de partenariats peuvent rivaliser avec la relation unique entre le Royaume-Uni et le Canada », a déclaré M. Lammy dans un message publié lundi sur les réseaux sociaux.

En renouant avec nos principaux alliés, nous assurerons la sécurité et la prospérité au pays et à l’étranger.

David Lammy

Ce changement a ravivé certains espoirs au Canada de conclure un accord de libre-échange avec le Royaume-Uni.

Le bureau de Mme Joly a déclaré avant la réunion qu’elle s’attendait à ce que sa conversation avec M. Lammy porte sur les moyens d’« approfondir les relations bilatérales » entre les deux pays.

« Nous avons discuté des moyens de renforcer notre partenariat et de la manière dont nos pays peuvent continuer à collaborer pour relever certains des défis les plus pressants du monde », a soutenu la ministre dans un message sur le réseau social X, après sa rencontre avec M. Lammy.

Mme Joly et son homologue avaient également prévu d’échanger leurs points de vue sur la sécurité transatlantique, le soutien à l’Ukraine et la guerre au Moyen-Orient.

À Londres, Mélanie Joly a aussi rencontré Patricia Scotland, secrétaire générale du Commonwealth, et a exprimé l’engagement du Canada envers la communauté des pays liés au Royaume-Uni. La réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth se tiendra en octobre à Samoa.

Mme Joly devrait ensuite rejoindre le premier ministre Justin Trudeau au sommet des dirigeants de l’OTAN à Washington, D. C., mardi.