De Québec à Ottawa, découvrez ce qui a retenu l’attention de nos correspondants parlementaires cette semaine

Écrivez à nos correspondants parlementaires

La citation de la semaine

Ça va me faire plaisir de les voir [les citoyens de Bellechasse]. Je suis allé une couple de fois chez Normandin, et ça a bien été.

Denis Coderre, ancien maire de Montréal et candidat à la direction du Parti libéral du Québec, qui veut se présenter dans la circonscription rurale de Bellechasse, au sud de Québec, aux prochaines élections générales

Le chiffre de la semaine

74 %

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Inauguration de la maison des aînés de L’Assomption en présence du premier ministre François Legault, en février dernier

C’est la proportion de places qui sont occupées dans les 30 maisons des aînés inaugurées jusqu’ici par le gouvernement Legault, depuis novembre 2022. On parle de 1852 places sur un total de 2496. Québec ne peut ouvrir les 644 autres places pour le moment en raison de la pénurie de main-d’œuvre. En tout, 3336 personnes sont en attente d’une place d’hébergement, en CHSLD ou en maison des aînés.

Que faire du surplus à l’assurance parentale ?

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

En raison d’une baisse des naissances, un surplus important s’accumule à l’assurance parentale. Que faire ? Baisser les cotisations payées par les travailleurs et les employeurs ou rendre les congés parentaux plus généreux ? se demande le gouvernement Legault. L’opposition préfère la deuxième option. Québec solidaire réclame des semaines de congé payé supplémentaires pour les pères. Le Parti libéral du Québec veut que les prestations soient prolongées de six mois pour les parents qui n’ont pas accès à une place en service de garde pour leur enfant. Et il a découvert que le gouvernement a étudié l’idée, mais refuse de dévoiler ses conclusions ! Le ministère de l’Emploi a rejeté sa demande d’accès à l’information pour obtenir les avis sur le sujet parce qu’« une partie des documents visés ont été produits à la demande et pour le compte de la ministre responsable de la Loi sur l’assurance parentale », Kateri Champagne Jourdain. Et en vertu de la loi, « ces documents ne sont pas accessibles, à moins que la ministre en décide autrement ».

Soulagement aux Finances

Soupir de soulagement au ministère des Finances. Trois agences de notation financière – Morningstar DBRS, Fitch Ratings et Moody’s – ont annoncé dans les derniers jours qu’elles maintiennent la cote de crédit du Québec. Donc il n’y a pas de baisse ou de mise sous surveillance de la cote de crédit – éventualité qui aurait coûté des centaines de millions de dollars au gouvernement en raison d’une hausse des frais d’intérêt. Il y avait une certaine inquiétude au lendemain du budget de mars, car deux agences avaient lancé un avertissement au sujet du déficit de 11 milliards, un record en chiffre absolu. Le gouvernement Legault a reporté le retour à l’équilibre budgétaire en 2029-2030.

Une constitution québécoise ?

PHOTO SARAH MONGEAU-BIRKETT, ARCHIVES LA PRESSE

La rédaction d’une constitution du Québec revient périodiquement dans l’actualité. Le ministre Simon Jolin-Barrette y travaille depuis un moment, et il ne faudrait pas s’étonner que l’idée revienne avec le comité Proulx-Rousseau annoncé par François Legault « sur les enjeux constitutionnels du Québec au sein de la fédération canadienne ». Au Parti québécois, une telle constitution est une idée récurrente ; Pauline Marois a déjà déposé un projet de loi sur le sujet. Or le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon en a étonné plusieurs cette semaine en disant qu’il ne devrait pas y avoir de constitution du Québec comme province. « La Constitution du Québec devrait servir à la création d’un nouvel État qui nous extirpe de l’impasse et du cul-de-sac qu’on constate à tous les niveaux dans le Canada. […] Donc, si on est pour rédiger une constitution, il faut que ce soit cohérent avec la seule solution possible, qui est celle de l’indépendance du Québec », a-t-il affirmé. Deux anciens députés péquistes, Daniel Turp et Étienne-Alexis Boucher, plaidaient le jour même en faveur d’une constitution du Québec dans une lettre ouverte…

(Autre) problème de sondage pour Justin Trudeau

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le premier ministre Justin Trudeau

Comme si Justin Trudeau avait besoin de se mettre d’autres personnes à dos, il a décoché lundi une flèche à l’intention des firmes de sondage. Invité à dire s’il tirait son parti vers le bas dans les sondages sur le plateau de l’émission Power & Politics, il a répondu en remettant en question la fiabilité de leur travail. « Ce que vous dites à un sondeur – s’il parvient à vous joindre – est très différent du choix que les Canadiens finissent par faire lors d’une campagne électorale. » Sa pique n’est pas passée inaperçue. « Il a tenté de miner la validité et l’exactitude des sondages. Je ne me souviens pas qu’il ait jamais dit cela en 2020, alors que les sondages lui donnaient, à lui et aux libéraux, une avance de 12 points », a réagi David Coletto, président et directeur général de la firme Abacus Data, sur le réseau X.

Exit, les toilettes genrées

PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

L’édifice du Centre du Parlement subit une cure de jouvence majeure depuis la fin de l’année 2018.

Lorsque l’édifice du Centre du Parlement rouvrira ses portes, on n’y trouvera que des toilettes non genrées. « La conception actuelle pour la réhabilitation de l’édifice du Centre et du Centre d’accueil du Parlement […] comprend environ 204 toilettes individuelles. Il n’y a pas d’identification de genre pour les 204 toilettes », a écrit Michèle LaRose, porte-parole de Services publics et Approvisionnement Canada. « Les portes des toilettes iront du sol au plafond, ce qui comprend la partie du mur située au-dessus de la porte. Ce sera le cas pour toutes les toilettes. Chacune de ces toilettes est une pièce individuelle qui ne se trouve pas dans une salle commune », a-t-elle ajouté. L’imposant bâtiment subit une cure de jouvence majeure depuis la fin de l’année 2018. Le coût des travaux se situait entre 4,5 et 5 milliards en 2021 ; le projet devrait prendre fin entre 2030 et 2031. Invité à se prononcer sur le choix d’aménager des cabinets d’aisances non genrés, le chef bloquiste Yves-François Blanchet n’en a pas fait une affaire d’État. « Outre ça, quand [l’édifice] va ouvrir, il n’y aura plus de Bloc québécois, parce que le Québec va être indépendant », a-t-il par ailleurs lancé.

Un deuxième enfant pour Gabriel Nadeau-Dubois

PHOTO TIRÉE DU COMPTE X DE GABRIEL NADEAU-DUBOIS

Gabriel Nadeau-Dubois et sa conjointe, Maëlle, avec leur fille, Hélène

Gabriel Nadeau-Dubois et sa conjointe attendent un deuxième enfant. Le co-porte-parole de Québec solidaire en a fait l’annonce sur le réseau X, jeudi. « La vie n’est pas une ligne droite. Ce printemps, il y a eu pas mal de virages dans la mienne. Mais, il y en a un dont je ne vous ai pas encore parlé… notre famille va s’agrandir », a écrit le solidaire en faisait allusion au virage « pragmatique » qu’il veut opérer au sein de sa formation – une proposition qui n’a pas été accueillie sans accrochages. « En décembre prochain, Hélène va devenir une grande sœur. Dans les dernières semaines, la vie nous a fait toute une surprise. Ce n’était pas prévu, en tout cas pas tout de suite. Maintenant que la poussière est retombée, nous sommes prêts à partager notre bonheur », a-t-il ajouté. Le leader parlementaire promet d’ailleurs de s’accorder plus de temps auprès des siens. « Quand Hélène est arrivée, en plein mois de mars, je n’ai pas pris assez de temps avec ma famille. Cette fois-ci, je vais profiter de la relâche parlementaire pour prendre de vraies vacances. Je vous souhaite de vous reposer vous aussi. Bon été tout le monde », souligne M. Nadeau-Dubois.