(Ottawa) Les néo-démocrates ne feront pas connaître leur position sur un projet de loi visant à empêcher les mineurs d’accéder à du contenu sexuellement explicite en ligne, tandis que les conservateurs se disent prêts à travailler à amender le projet de loi controversé.

La mesure législative propose d’exiger des sites web comme Pornhub qu’ils vérifient l’âge de leurs utilisateurs. Des experts en matière de protection de la vie privée avertissent toutefois que son langage est trop large et qu’il risque de violer à la fois la liberté d’expression et la vie privée des Canadiens.

Le gouvernement libéral s’oppose au projet de loi d’initiative parlementaire, mais le Nouveau Parti démocratique (NPD), le Bloc québécois et les conservateurs ont voté en faveur de son renvoi à un comité de la Chambre des communes pour étude.

En fin de compte, le comité n’a entendu que trois témoins, dont le sénateur qui a proposé le projet de loi et le commissaire fédéral à la protection de la vie privée, Philippe Dufresne, qui a recommandé que la portée du projet de loi soit restreinte.

Cela est attribuable à l’obstruction systématique des conservateurs, selon le porte-parole du NPD en matière de sécurité publique, Alistair MacGregor.

Frank Caputo, le porte-parole des conservateurs en matière de sécurité publique, a déclaré dans un communiqué que les députés conservateurs voulaient simplement conclure leur travail sur un autre dossier concernant le transfert en prison du tueur en série Paul Bernardo.

Les conservateurs « ont utilisé tous les outils à leur disposition pour empêcher une véritable étude sur ce plan », a soutenu M. MacGregor dans un communiqué, ajoutant que cela était « très préoccupant », car cela empêchait la commission d’entendre davantage d’experts.

Mais il ne révélera pas la position de son parti sur le projet de loi.

Pour que le projet soit adopté sans le soutien des libéraux, il faudrait que le NPD vote en sa faveur.

« Les Canadiens méritent de savoir que lorsque nos enfants accèdent à internet, ils sont protégés contre des préjudices potentiels. En même temps, le gouvernement a la responsabilité de protéger la vie privée des Canadiens », a déclaré M. MacGregor dans un communiqué.

« Les néo-démocrates prennent le temps nécessaire pour examiner attentivement nos options sur la meilleure façon d’aller de l’avant pour tous les Canadiens. »

Un sous-ministre de Patrimoine canadien qui a témoigné devant le comité a averti les députés qu’il s’agissait d’un projet de loi « très problématique », affirmant que tel qu’il est rédigé, il pourrait également s’appliquer au contenu explicite sur les services de diffusion en continu tels que Netflix.

La législation ne précise pas comment les sites web doivent vérifier l’âge d’un utilisateur, mais les options incluent la mise en place d’un système ou de services d’identification numérique capables d’estimer l’âge d’un individu sur la base d’une analyse visuelle de son visage.

Plus tôt cette semaine, M. Dufresne a lancé un processus de consultation sur comment et quand les services devraient vérifier l’âge de leurs utilisateurs. Son bureau a souligné que la technologie permettant d’estimer l’âge d’un individu « n’est pas précise ».

Pornhub pas prêt à recueillir les informations

Le premier ministre Justin Trudeau a critiqué le chef conservateur Pierre Poilievre pour avoir déclaré qu’un gouvernement conservateur adopterait une mesure similaire, affirmant que cela signifierait que les Canadiens devraient transmettre des informations personnelles à des « sites web douteux ».

Après que le chef eut promis son soutien, le cabinet de M. Poilievre a précisé qu’il ne permettrait pas la création d’un système d’identification numérique ni ne soutiendrait des mesures qui pourraient porter atteinte au droit à la vie privée des Canadiens.

Les propriétaires de Pornhub ont déclaré à La Presse Canadienne que si la loi était adoptée, ils envisageraient de bloquer l’accès aux Canadiens, expliquant que l’entreprise n’est pas prête à recueillir les informations personnelles de ses utilisateurs.

Ils suggèrent plutôt que les législateurs exigent que les fabricants d’appareils comme Apple trouvent un moyen d’éloigner les mineurs d’un contenu comme le leur.

Solomon Friedman, associé et vice-président chargé de la conformité chez Ethical Capital Partners, propriétaire de la société mère de Pornhub, Aylo, a déclaré dans une récente entrevue qu’ils avaient demandé à comparaître devant la commission parlementaire chargée d’étudier le projet de loi.

« En ne tenant pas d’audiences approfondies, les Canadiens sont lésés et des décisions importantes sont prises concernant leur accès à internet sans la pleine participation du public », a-t-il affirmé.

Le projet de loi a été rédigé par la sénatrice indépendante Julie Miville-Dechêne et la députée conservatrice Karen Vecchio l’a parrainé à la Chambre des communes.

Le bureau de Mme Vecchio dit qu’il s’attend à ce que le projet de loi soit de retour à la Chambre cet automne.

Le ministre fédéral de la Justice, Arif Virani, a déclaré que la législation du gouvernement sur les préjudices en ligne vise à atteindre le même objectif de protection des enfants, mais d’une manière qui serait moins risquée pour la vie privée des Canadiens.

Pourtant, le député conservateur Garnett Genuis, qui a participé à l’étude du comité, a fait la promotion du projet de loi comme moyen de mieux protéger les enfants canadiens. Il a soulevé la question lors d’assemblées publiques avec des membres des communautés musulmanes et d’autres communautés culturelles de Toronto et de Vancouver.

M. Caputo a indiqué vendredi dans sa déclaration que le projet de loi « avait été étudié de manière approfondie » lorsqu’il était devant le Sénat.

Il a déclaré que les conservateurs « sont maintenant prêts à travailler avec le NPD et d’autres partis pour proposer des amendements de bon sens à l’étape du rapport afin de renforcer le projet de loi avant son adoption ».