(Québec) Christian Dubé a confirmé vendredi qu’il sera candidat aux prochaines élections, le 3 octobre. Le ministre de la Santé, un poids lourd du gouvernement Legault, faisait planer le suspense depuis plusieurs semaines. Il a informé le premier ministre de sa décision, lundi.

Mis à jour le 20 mai
Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

Le ministre Christian Dubé a d’abord confirmé la nouvelle au micro de Louis Lacroix, au 98,5 FM, puis dans plusieurs médias alors qu’il commente vendredi le rapport d’enquête de la coroner Géhane Kamel sur la première vague de la pandémie dans les CHSLD et certaines résidences pour personnes âgées (RPA).

« J’ai pris le temps de réfléchir comme il faut parce que je trouvais que c’était une décision importante et pleine de conséquences au niveau personnel pour ma famille et aussi avec mes collègues, mais après mûre réflexion, j’ai décidé que c’était la décision à prendre. Je me sens très bien ce matin », a affirmé le ministre Dubé en entrevue à La Presse.

Christian Dubé a informé le premier ministre, François Legault, lundi en journée qu’il se portait à nouveau candidat dans La Prairie aux élections du 3 octobre. « Je voulais être certain que l’on comprenait la hauteur de la montagne, de l’engagement que je devais prendre », a-t-il précisé. Il a communiqué la nouvelle à ses équipes jeudi soir.

À savoir s’il se voit comme ministre de la Santé dans un deuxième mandat, il rappelle qu’il s’agira « toujours de la décision du premier ministre » et qu’il doit avant tout se faire réélire dans sa circonscription. « On ne sait pas comment les choses vont aller, mais j’ai dit à M. Legault que je me présentais dans La Prairie comme candidat. […] Le premier ministre aura à faire ses choix en fonction de l’appui qu’on aura », a-t-il dit.

Ce n’est pas parce que le Parlement arrête le 11 juin qu’on va arrêter. Moi, jusqu’au 3 octobre, je vais continuer de faire avancer les dossiers en santé et on verra après les élections.

Christian Dubé, ministre de la Santé et des Services sociaux

Le poids lourd du gouvernement Legault laissait planer le suspense autour de son retour en politique depuis plusieurs semaines. Le ministre Dubé n’a pas caché que la cinquième vague, le tsunami Omicron, a été particulièrement difficile sur le plan personnel. Il en faisait état lors d’une longue entrevue à La Presse, en mars.

À l’époque, il disait vouloir mesurer l’adhésion de la population et du réseau de la santé à son plan de refondation - le Plan santé - avant de confirmer son retour en politique québécoise. Encore récemment, son entourage indiquait qu’il poursuivait sa réflexion.

« Ce que je voulais, c’est que tous les Québécois comprennent où on en est rendus [dans le réseau]. Pour que le changement fonctionne, il faut que les gens soient conscients de ce qu’on a à faire et je pense que les Québécois l’ont bien mesuré depuis la présentation du [Plan santé], la vision et l’état du réseau aussi », a-t-il poursuivi. Lundi, M. Dubé dévoilait d’ailleurs un tableau de bord sur l’état de santé du réseau.

Lors du dévoilement de son tableau de bord interactif, sur lequel se trouvent plusieurs voyants rouges, Christian Dubé a d’ailleurs affirmé en entrevue à La Presse que les « Québécois sont mûrs pour se faire dire les vraies choses ». Ce nouveau tableau de bord doit notamment permettre de « mesurer » le redressement promis par le gouvernement Legault, après un premier mandat marqué par la pandémie.

François Legault a confié la barre du ministère de la Santé et des Services sociaux à Christian Dubé, qui était alors président du Conseil du trésor, en pleine pandémie, au sortir de la première vague qui a été particulièrement meurtrière dans les CHSLD. Le premier ministre dégommait alors la ministre Danielle McCann et son sous-ministre, Yvan Gendron.

Christian Dubé est l’un des ministres les plus populaires du gouvernement Legault. Un récent sondage Léger publié dans les médias de Québecor révélait que 61 % des Québécois ont une bonne opinion du ministre, contre 20 % qui en ont une mauvaise. M. Dubé s’est notamment illustré dans la mise en œuvre de la campagne massive de vaccination contre la COVID-19.