(Québec) Une forte majorité de Canadiens souhaitent que le gouvernement fédéral augmente sa part du financement en santé, selon un sondage commandé par le Conseil de la fédération.

Publié le 2 février
Charles Lecavalier
Charles Lecavalier La Presse

Dans les principales constatations du coup de sonde de Léger effectué au début du mois de janvier, notons que les Canadiens sondés croient que la santé est l’un des enjeux les plus importants du moment (deuxième au Canada, premier au Québec). De plus, près de quatre Canadiens sur cinq pensent que la pandémie a eu « d’importantes répercussions négatives sur les systèmes de santé ».

Mais une réponse intéresse davantage les premiers ministres des provinces canadiennes et des territoires, qui se réuniront vendredi. Près de 85 % des répondants à un sondage Léger estiment qu’il est « urgent » qu’Ottawa augmente sa part du financement en santé. Rappelons que le gouvernement Legault, appuyé par les autres provinces, réclame d’Ottawa que la contribution fédérale annuelle passe de 22 à 35 % du coût de la santé à travers le pays.

Pour Ottawa, cela signifierait des décaissements annuels de 28 milliards de dollars aux provinces. Pour le Québec, ça se traduirait par une hausse des transferts fédéraux de 6 milliards par année.

L’impact de la pandémie

La grande majorité des répondants croit également « qu’une augmentation immédiate du financement et des ressources est nécessaire pour aider à alléger le fardeau considérable qu’impose la pandémie sur le système de santé de leur province ou de leur territoire. »

Seul un Canadien sur cinq estime que le gouvernement fédéral en fait assez pour « offrir des services de soins de santé aux citoyens ». Une proportion plus faible encore — 10 % — le croit toujours lorsque le sondeur lui explique que la part fédérale en santé a diminué « pour passer de 50 % à 22 % depuis 1960 ». Plus d’un répondant sur deux pense que la qualité des soins de santé s’est détériorée depuis cinq ans.

Le sondage Léger a été réalisé du 6 au 17 janvier auprès de 2614 Canadiens, en français et en anglais. Même si la santé est un sujet très important, notons que 37 % des répondants soutiennent que l’enjeu de l’heure est le coût de la vie, de plus en plus élevé avec l’inflation. Après la santé (27 %), les autres enjeux importants sont les changements climatiques (25 %), les impacts économiques de la COVID-19 (25 %) et le prix des logements (23 %). L’enjeu de la santé est cependant numéro un au Québec.

« Les gouvernements provinciaux, territoriaux et fédéral ont une occasion de travailler de concert afin de réaliser des investissements significatifs en matière de soins de santé permettant d’offrir aux Canadiens des services améliorés sur lesquels ils pourront compter maintenant et pour l’avenir. Les premiers ministres des provinces et des territoires se réuniront vendredi afin de faire avancer ce dossier d’une importance cruciale et sont impatients d’approfondir cette question avec le gouvernement fédéral », a indiqué le président du Conseil de la fédération, le premier ministre de la Colombie-Britannique John Horgan dans un communiqué de presse.