(Trois-Rivières) Au congrès du Parti québécois samedi, les militants ont envoyé le signal qu’ils voulaient définir le plan précis d’un Québec indépendant, notamment en ce qui concerne l’armée et la monnaie.

Mis à jour le 4 déc. 2021
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse

Afin de définir les contours précis d’un pays, il sera aussi question des « régimes de pensions, de la garde des frontières et du régime politique », selon la proposition adoptée. La militante Andrée Sylvain a souligné l’importance de répondre à ces questions, afin de « faire disparaître la peur ». « Quiconque a connu les deux référendums sait à quel point la peur de l’inconnu a été dissuasive », a-t-elle fait observer.

Lors d’une mêlée de presse avant le congrès, Paul St-Pierre Plamondon a souligné la nécessité de réfléchir à des enjeux tels que la place qu’occuperait un Québec indépendant à l’ONU. Au sujet d’une armée québécoise, le chef péquiste a affirmé qu’il y avait des « questions encore plus pressantes par rapport à l’indépendance, notamment le budget de l’an un d’un Québec indépendant ».

La stratégie de M. St-Pierre Plamondon est de parler de la souveraineté avec « assez de fierté et de conviction pour que ça devienne un sujet de discussion comme on a réussi pour la langue française au cours des deux dernières années », a-t-il affirmé.

Au sujet de la langue, la proposition de « modifier la loi 101 afin que celle-ci s’applique dans l’entièreté du réseau collégial » a été adoptée à l’unanimité, provoquant les applaudissements des militants, qui se sont levés dans la salle.

Questionnements autour de la taxe des VUS

En mêlée de presse, le député Sylvain Gaudreault a présenté l’idée d’une surtaxe pour les grosses cylindrées qui consomment davantage d’essence. En raison de la quantité importante de gaz à effet de serre émis par le transport au Québec, il est nécessaire de s’y attaquer, a-t-il soutenu.

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Sylvain Gaudreault, député du Parti québécois

Selon M. Gaudreault, il est nécessaire de « penser à des mesures plus fermes, a-t-il ajouté. C’est là-dessus qu’on est en train de travailler intensément, parce que notre devoir, c’est d’arriver devant les Québécois avec notre très grand sens des responsabilités, avec des mesures très claires ».

Une exemption de la surtaxe serait accordée aux entrepreneurs de la construction ou aux travailleurs forestiers qui ont besoin de camionnettes ou de véhicules utilitaires sport dans le cadre de leur emploi.

En clôture du congrès, Paul St-Pierre Plamondon a toutefois affirmé ne pas avoir de « position spécifique » sur cette taxe, puisque cet élément ne fait pas partie de la plateforme électorale. Il a toutefois assuré que le Parti québécois allait définir avec « rigueur » la façon d’atteindre les cibles climatiques.

« Un vivre-ensemble qui ne fonctionne pas »

Dans son discours final adressé aux partisans, M. St-Pierre Plamondon a soutenu que l’« avenir auquel nous convient la CAQ et le fédéral est un vivre-ensemble qui ne fonctionne pas ». Le chef péquiste a pris Montréal comme exemple, une ville « où l’on voit des gens littéralement utiliser des fusils et se tirer dessus ».

Au sujet des armes de poing, Paul St-Pierre Plamondon a déploré la réaction de la Coalition avenir Québec, qui dit avoir besoin de « plus de collaboration » de la part du gouvernement fédéral dans ce dossier. « C’est un exemple frappant du prix concret à ne pas avoir un pays et à laisser un palier de gouvernement lointain gérer des choses qu’on devrait gérer nous-mêmes », s’est-il désolé.

Parmi les autres thèmes abordés au congrès, les militants ont conservé l’idée de « mettre en œuvre » la parité hommes-femmes dans les instances de pouvoir publiques et parapubliques. Ils ont rejeté la proposition de « favoriser » la parité, puisque cela « ne contient aucune mesure ou obligation d’atteindre le résultat », a soutenu Marie-Laurence Desgagné, présidente du Comité national des jeunes du Parti québécois. « J’ai de l’ambition, je veux des femmes dans les postes de pouvoir », a-t-elle conclu, sous les applaudissements de la salle.

Le PQ dévoile son nouveau logo

IMAGE TIRÉE DE TWITTER

Nouveau logo du Parti québécois

Durant son congrès, le Parti québécois a dévoilé son nouveau logo. Paul St-Pierre Plamondon a soutenu que le logo était « ancré dans l’héritage » du parti, mais qu’il était « beaucoup plus dynamique », puisqu’il « semble en mouvement ». À son avis, il est nécessaire d’actualiser à la fois le message et l’image de la formation politique.

Avec La Presse Canadienne