(Québec) Québec veut créer un ministère de la Cybersécurité et du Numérique, mais fait déjà face à la pénurie de main-d’œuvre et est à la recherche de 1000 informaticiens.

Charles Lecavalier
Charles Lecavalier La Presse

« Actuellement, au sein de l’État, on a au-dessus de 1000 postes non comblés, mais pas nécessairement juste en cybersécurité, mais c’est au total », a souligné Éric Caire, ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, en point de presse jeudi.

M. Caire présentait son projet de loi créant le ministère de la Cybersécurité et du numérique, une première en Amérique du Nord, a-t-il souligné. Ce nouveau ministère sera le produit de la « fusion » d’Infrastructures technologiques Québec et du sous-secrétariat du Conseil du trésor qui est responsable des technologies de l’information.

« Il faut un ministère pour assurer la conception, la réalisation et l’opération des systèmes collectifs. L’identité numérique est un bel exemple de ça », a indiqué M. Caire. Même chose pour la cybersécurité du gouvernement : il s’agit d’une « responsabilité collective », a-t-il dit.

Le premier objectif de M. Caire sera de livrer son projet d’identification numérique en 2022. Il permettra aux citoyens d’avoir accès à plusieurs documents délivrés par l’État, comme le certificat de naissance ou la carte d’assurance maladie par exemple. Québec songe même à permettre une authentification biométrique, avec une lecture du visage ou d’une empreinte digitale par exemple.