(Ottawa) La sénatrice du Nouveau-Brunswick Judith Keating est décédée à l’âge de 64 ans, a-t-on appris vendredi à Ottawa.

La Presse Canadienne

Cette experte juridique et constitutionnelle était entrée au Sénat en janvier 2020, au sein du Groupe des sénateurs indépendants. Mme Keating avait auparavant occupé divers postes dans la haute fonction publique au Nouveau-Brunswick, notamment en tant que conseillère juridique du premier ministre.

Elle a aussi été la première femme à occuper le poste de sous-ministre de la Justice et sous-procureure générale du Nouveau-Brunswick. En 1993, elle avait fondé et présidé l’Association des femmes et du droit du Nouveau-Brunswick.

Elle avait d’ailleurs reçu en 2015 le prix Muriel Corkery-Ryan, en reconnaissance de ses contributions exceptionnelles à la profession juridique « et du rôle important qu’elle a joué à titre de mentor pour les femmes ».

Dans un communiqué, le président du Sénat, George Furey, a salué « une défenseuse infatigable de l’égalité de statut des langues anglaise et française au Nouveau-Brunswick, du traitement juste et équitable des femmes dans la profession juridique, et de la promotion de la réconciliation au Canada en tant que présidente du Comité provincial sur la vérité et la réconciliation au Nouveau-Brunswick ».

Le premier ministre Justin Trudeau a également salué dans un communiqué « une experte juridique et constitutionnelle accomplie et une militante pour l’autonomisation des femmes dans le milieu juridique », qui a aussi « travaillé sans relâche à faire avancer l’égalité linguistique et à favoriser la réconciliation avec les peuples autochtones de la province ».

Il a ainsi rappelé que Mme Keating avait notamment « contribué à la rédaction de la Loi sur les langues officielles » du Nouveau-Brunswick.

La biographie de Mme Keating sur le site du Sénat indique qu’elle vivait à Fredericton et qu’elle avait deux enfants.