(Montréal) Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, voit maintenant une fenêtre pour le déclenchement d’élections fédérales le 16 août prochain si, bien sûr, la pandémie est derrière nous à ce moment.

Pierre Saint-Arnaud La Presse Canadienne

S’adressant vendredi aux élus municipaux réunis virtuellement pour les assises annuelles de l’Union des municipalités (UMQ), le chef bloquiste a causé une certaine surprise, lui qui ne cesse de demander au premier ministre Justin Trudeau de ne pas déclencher d’élections en temps de pandémie.

Bien que cette condition soit toujours présente, pour la première fois M. Blanchet a ouvert la porte à un tel déclenchement à la mi-août, ajoutant que ça le démange de se présenter devant les électeurs.

Cette déclaration pourrait sembler contradictoire au lendemain de dépôt, par le Bloc québécois, d’une motion demandant au gouvernement de Justin Trudeau de ne pas tenir des élections en temps de pandémie. Cette motion indiquait que de « tenir des élections en temps de pandémie serait irresponsable, et qu’il est de la responsabilité du gouvernement de tout mettre en œuvre pour éviter que les électeurs soient appelés aux urnes tant et aussi longtemps que durera cette pandémie ».

M. Blanchet avait cependant précisé qu’il voulait ainsi forcer un débat et un vote sur la question électorale alors que le gouvernement Trudeau cherche à restreindre le débat sur le projet de loi C-19 qui prévoit d’encadrer la tenue d’élections en temps de pandémie. Le vote sur la motion bloquiste est attendu après la longue fin de semaine de mai.

Yves-François Blanchet a ciblé la date du 16 août parce que cela permettrait de mener une campagne électorale et tenir le vote au niveau fédéral sans empiéter sur les élections municipales du début de novembre au Québec. Le chef bloquiste estime qu’il serait irrespectueux de déclencher une élection en même temps que se déroule le processus électoral municipal.