(Québec) C’est une femme « conciliante », « empathique » et « patiente » que Régis Labeaume soutiendra pour le remplacer à la mairie de Québec en novembre prochain.

Gabriel Béland
Gabriel Béland La Presse

Le maire sortant a abattu ses cartes mercredi. Lui qui maintenait le flou sur un possible dauphin a annoncé que les élus d’Équipe Labeaume avaient choisi Marie-Josée Savard pour le remplacer. La conseillère et bras droit du maire à titre de vice-présidente du comité exécutif devient présidente « d’Équipe Marie-Josée Savard ».

Ce choix n’est pas une surprise. Le nom de Mme Savard courait depuis des jours. Mais il frappe, tant le changement de « casting » est radical. Les styles des deux politiciens ne pourraient être plus différents.

« Elle a une écoute naturelle, un ton conciliant et elle est patiente. Exactement ce dont ont besoin nos concitoyens en pandémie. Ça fera probablement du bien après 14 ans de Labeaume », a admis le maire de Québec lors d’une conférence de presse.

La conseillère du district Cap-Rouge – Laurentien n’a pas la flamboyance du maire sortant. Elle n’est pas une habituée des caméras.

Cette entrepreneure est notamment propriétaire d’un café et d’un dépanneur. Elle avait siégé une première fois sous les couleurs d’Équipe Labeaume de 2009 à 2013, mais ne s’était pas représentée. Elle venait alors d’adopter un deuxième enfant et voulait se concentrer sur sa famille. Elle a été réélue en 2017 et est devenue bras droit du maire.

Si son style peut différer de celui de M. Labeaume, la candidate s’inscrit dans la continuité sur le plan des idées. « Qu’on me dise que je suis la continuité, je prends ça de façon très positive. La ville va bien », a noté Mme Savard.

Elle entend d’ailleurs se battre pour réaliser le plus important projet dans la capitale, celui du tramway. « Il n’y a pas de doute pour moi qu’on doit aller de l’avant avec ce projet-là », dit-elle. « Pour moi, ce qu’on fait en ce moment, c’est une première phase. J’espère qu’il y aura une phase deux. »

Le programme détaillé de la « nouvelle ancienne » formation politique sera élaboré dans les prochaines semaines. Certains élus actuels d’Équipe Labeaume vont quitter la politique. D’autres candidats s’ajouteront. « On veut décider de la plateforme avec toute l’équipe », note la nouvelle chef.

La candidate n’a donc pas voulu s’avancer tout de suite sur un projet controversé dans la capitale, soit l’agrandissement du port de Québec. Certains élus d’Équipe Labeaume se sont d’ailleurs opposés publiquement au projet dans les derniers mois.

Le vote pro-tramway divisé ?

Déjà, cinq candidats se sont lancés dans la course à la mairie de Québec. Du lot, quatre, incluant Marie-Josée Savard, entendent défendre le projet de tramway. Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, promet quant à lui de le tuer dans l’œuf.

Le vote des partisans du tramway risque donc de se diviser au détriment de Mme Savard, note Philippe Dubois, doctorant en science politique et chercheur à l’Université Laval.

« La variable qui va beaucoup affecter la division du vote, c’est si la campagne repose sur ce thème-là. Si la question de l’urne, c’est le tramway, alors ça peut donner un avantage à M. Gosselin dans un contexte où les autres partis se partagent les votes pro-tramway. »