(Ottawa) La ministre des Finances Chrystia Freeland exhorte le chef du Parti conservateur Erin O’Toole à mettre fin « aux tactiques dilatoires » à la Chambre des communes qui retardent indûment l’adoption des nouvelles mesures d’aide aux Canadiens contenues dans la mise à jour économique et financière de novembre dernier.

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Dans une lettre qu’elle lui a fait parvenir mardi matin, la ministre des Finances fait appel au sens du devoir du chef de l’opposition officielle alors que la pandémie de COVID-19 continue d’affecter durement les familles, les travailleurs et les entreprises.

Disant être consciente du rôle crucial que doivent jouer les partis de l’opposition dans une démocratie, notamment pour forcer le gouvernement à rendre des comptes, Mme Freeland fait aussi valoir que les mesures contenues dans le projet de loi C-14 ne peuvent faire l’objet de « partisanerie » au moment où de nombreux Canadiens ont encore besoin d’aide.

« C’est pourquoi je vous demande aujourd’hui, au nom de l’esprit pancanadien et pour le bien de toute la population canadienne, d’accorder votre soutien personnel ainsi que le soutien de votre parti à l’adoption du projet de loi C-14, la Loi d’exécution de l’énoncé économique », affirme la ministre Freeland dans sa lettre.

« À tout le moins, je vous demanderais de faire cesser les efforts que déploie constamment le Parti conservateur pour retarder l’adoption de ce projet de loi, qui contient de nombreuses mesures essentielles à nos concitoyens canadiens », ajoute-t-elle.

La Presse a obtenu une copie de cette lettre à M. O’Toole mardi.

PHOTO ADRIAN WYLD, LA PRESSE CANADIENNE

Erin O'Toole

Réagissant aux reproches de la ministre Freeland, M. O'Toole a soutenu que ce sont les libéraux de Justin Trudeau qui déterminent l'horaire des travaux de la Chambre des communes. Et il a accusé le gouvernement libéral de vouloir échapper aux règles de la bonne gouvernance.

« Il est dommage que les libéraux ne reconnaissent pas la nécessité d’examiner et de débattre ce projet de loi. Les libéraux contrôlent l’ordre du jour de la Chambre des communes. C’est à eux de bien gérer le temps. Au lieu de cela, ils ont présenté un projet de loi ciblant les propriétaires d’armes à feu respectueux des lois. Les libéraux continuent à traiter le processus démocratique comme une nuisance, et non pas comme une nécessité », a dit M. O'Toole en conférence de presse mardi.

Dans sa lettre, la ministre souligne tout de même que le projet de loi C-14 permettrait d’augmenter de 505,7 millions de dollars le soutien fédéral aux provinces pour les centres de soins de longue durée, notamment des fonds visant à prévenir la propagation des infections, des éclosions et des décès liés à la COVID-19.

Il offrirait aussi un soutien d’urgence pour les familles à faible et à moyen revenu qui sont admissibles à l’Allocation canadienne pour enfants. Des prestations pouvant atteindre 1200 $ de plus pour chaque enfant de moins de six ans seraient versées à ces familles en 2021.

Également, le projet de loi éliminerait les intérêts sur le remboursement de la partie fédérale des Prêts d’études canadiens et des Prêts canadiens aux apprentis pour 2021-2022

Une autre mesure accorderait un investissement de 262,6 millions de dollars pour le dépistage de la COVID-19, la recherche médicale, les contremesures, le financement et la fabrication de vaccins, les mesures liées aux voyages et aux frontières ainsi que les centres d’isolement.

Enfin, le gouvernement Trudeau voudrait aussi investir tout près de 133 millions de dollars pour soutenir l’accès à des programmes virtuels de soins de santé, de santé mentale et de traitement de la toxicomanie.

« Ce soutien destiné aux Canadiens ne peut être accordé que si le projet de loi est adopté. Je suis ouverte aux débats énergiques. En fait, les débats font partie intégrante de la lutte du Canada contre la pandémie de COVID-19, et ce, depuis le début. Le gouvernement a en effet accueilli les points de vue de tous les partis et la démarche que nous menons à l’échelle nationale en a bénéficié », a affirmé la ministre dans sa lettre.

« Je suis consciente que le rôle officiel de l’opposition est de s’opposer et que, dans un régime de gouvernement britannique comme le nôtre, il est d’usage que l’opposition talonne le parti au pouvoir et retarde les processus. Cela étant dit, je vous demanderais, Monsieur O’Toole, de bien vouloir mettre de telles tactiques de côté dans le cas qui nous occupe », a-t-elle plaidé.

Le projet de loi C-14 visant à mettre en œuvre les mesures budgétaires prévues dans la mise à jour économique et financière a été déposé à la Chambre des communes le 2 décembre. Le vote sur ce projet de loi est un vote de confiance parce qu’il prévoit des dépenses de l’État.

Le projet de loi est présentement à l’étape de la deuxième lecture. Jusqu’ici, 63 députés ont pris la parole durant les débats aux Communes.

« Aucun porte-parole conservateur ne s’est toutefois élevé contre le projet de loi en soi. Les critiques formulées ont visé tout sauf les mesures en tant que telles. Par ailleurs, vous ne laissez pas le projet de loi C-14 aller en comité, où il ferait l’objet d’un examen approfondi. Si vous vous opposez au projet de loi comme vous en avez parfaitement le droit, il suffit de mettre fin aux tactiques dilatoires, de laisser le projet de loi faire l’objet d’un vote, puis de voter contre le projet de loi. Monsieur O’Toole, ces tactiques dilatoires servent uniquement à retarder le processus, et ce, au détriment de notre pays », a aussi affirmé la ministre.