(Québec) La députée Dominique Anglade est couronnée cheffe du Parti libéral du Québec (PLQ) à la suite du désistement de son seul adversaire, l'ancien maire de Drummondville, Alexandre Cusson. Le Conseil exécutif du PLQ a confirmé la nouvelle, lundi.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le Conseil exécutif de la formation politique, qui s'est réuni d'urgence lundi après l'annonce du désistement de M. Cusson, a tranché : la députée de Saint-Henri–Sainte-Anne prend les commandes du PLQ. Dominique Anglade devient ainsi la première femme à diriger le Parti libéral du Québec. Elle succède dès maintenant au chef intérimaire Pierre Arcand.

« Je suis fière de devenir la première femme cheffe d’un parti qui a toujours été à l’avant-garde du progrès économique et social », a fait savoir Mme Anglade. « Oui, l’économie et l’environnement seront au coeur de notre grand projet pour le Québec et nous serons aussi une opposition officielle forte, qui, en cette période de crise sanitaire, questionnera sans relâche le gouvernement et proposera des solutions au nom de tous les Québécois », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

Plusieurs élus de l'Assemblée nationale ont félicité Mme Anglade sur les réseaux sociaux, dont le premier ministre François Legault.

La course à la direction du PLQ était suspendue jusqu'à nouvel ordre en raison de la pandémie de la COVID-19. Initialement, les militants devaient élire leur prochain chef le 19 mai.

La transition entre la cheffe du PLQ et le chef intérimaire « est en préparation et que les détails entourant celle-ci seront communiqués dès que possible », a fait savoir le Parti. Les travaux doivent reprendre à quorum réduit mercredi à l'Assemblée nationale.

Alexandre Cusson a annoncé lundi matin sur sa page Facebook qu'il se retirait de la course. Il disait estimer qu’il est « irréaliste et irresponsable » d’envisager une reprise de la course « dans les prochaines semaines, voire avant 2021 ».

« J’ai dû faire un choix déchirant. Je vous annonce donc que je ne serai plus de la course à la direction du PLQ lorsque le parti relancera cette dernière », a-t-il écrit. Sa décision n’est évidemment pas étrangère à la pandémie de la COVID-19.

« Considérant l’évolution actuelle de la pandémie au Québec, de ses impacts sur la vie de la population et sur une éventuelle reprise de la course à la chefferie, il m’apparaît irréaliste et irresponsable d’envisager une reprise de cette course dans les prochaines semaines, voire avant 2021 », poursuit M. Cusson.

« Personnellement, ayant quitté mes fonctions et renoncé à toute rémunération pour participer à cette course, n’étant pas indépendant de fortune et devant gagner ma vie comme une grande majorité de Québécoises et de Québécois, ce délai n’est pas envisageable », ajoute celui qui a officialisé sa candidature en début de l’année.

À la mi-mars, Alexandre Cusson avait haussé le ton en réclamant que le PLQ suspende officiellement la course à la direction. Les candidats avaient cessé les événements publics, mais Dominique Anglade, notamment, poursuivait sa campagne de façon virtuelle. Peu après, le PLQ a décidé de mettre la campagne sur pause.

« Je demeure toujours convaincu que le PLQ est appelé à un nouveau départ et constitue un véhicule privilégié pour faire avancer le Québec au niveau de la transition écologique, du développement économique et social de même que de la reconnaissance des spécificités régionales », a-t-il ajouté.

Alexandre Cusson comptait sur l'appui des députées libérales, Lise Thériault et Marwah Rizqy, notamment.