(QUÉBEC) Paul St-Pierre Plamondon s’inquiète de la place croissante qu’occupe la pornographie dans la vie des Québécois. Il propose de taxer l’industrie du X à Montréal pour financer un Éduc’alcool du porno, qui aurait pour mission d’éduquer la population – notamment les jeunes, qui l’utilisent comme outil d’éducation sexuelle – contre les stéréotypes sexuels violents véhiculés par certains films.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Le candidat à la direction du Parti québécois (PQ) fait de la lutte contre la violence faite aux femmes une priorité en ce début de campagne. Selon lui, l’influence de l’industrie pornographique, bien présente sur le sol québécois, est un tabou auquel il faut s’attaquer. Il cite entre autres plusieurs enquêtes de La Presse qui ont dévoilé par le passé que certains des sites pornographiques les plus en vue sont conçus ici, dans la métropole.

« [La pornographie] crée une conception des relations hommes-femmes qui se transforme dans la vie de plusieurs femmes en harcèlement ou en situations dangereuses pour leur santé et leur sécurité », déplore l’avocat.

Avec des géants numériques comme MindGeek, établi à Montréal et décrit comme « le YouTube de la porno », le X est « une industrie d’un milliard » au Québec, explique-t-il. Cela est comparable au secteur des jeux vidéo, ajoute M. St-Pierre Plamondon. Il propose donc de taxer leurs revenus à hauteur de 0,5 % (ce qui générerait 5 millions par année) pour lancer l’Éduc’alcool du porno.

Limiter l’accès au contenu

Paul St-Pierre Plamondon rappelle également qu’un collectif de professionnels de la santé a lancé en 2018 un appel solennel, en France, pour mettre en lumière les dangers de la pornographie. Dans l’Hexagone, 9 % des jeunes de moins de 18 ans disaient en consommer chaque jour. Au Canada, dit-il, un récent sondage a révélé que 40 % des jeunes du secondaire regardaient de la pornographie en ligne.

À l’époque, on s’achetait une revue, on allait au club vidéo. Il y avait toujours une vérification de l’âge. C’était beaucoup moins accessible.

Paul St-Pierre Plamondon

L’aspirant chef péquiste propose d’exiger des fournisseurs internet faisant affaire au Québec qu’ils bloquent la pornographie, à moins que le consommateur en fasse la demande.

« C’est sûr que la technologie le permet. [Et ça ne serait] pas différent de la façon dont les câblodistributeurs fonctionnent. On ne fait pas jouer d’entrée de jeu de la porno sur tous les postes. Il faut la solliciter. La même chose devrait s’appliquer [avec l’internet] », dit-il.

Favoriser la « bonne » pornographie

Avec la croissance fulgurante de la pornographie dans la vie de bien des gens, Paul St-Pierre Plamondon se questionne aussi sur ce qui différencie la « bonne » pornographie (mettant en scène des relations sexuelles consensuelles et respectueuses) de celle qui valorise la domination. Il propose notamment de créer un comité d’experts pour interdire la production au Québec de films X qui comporterait des violences.

« Parce que ce qui est hautement problématique, c’est la porno qui dégrade les femmes et qui met dans la tête des hommes une conception dégradante des femmes. […] C’est comme ça qu’on crée des hommes prédateurs dangereux », dit-il.

Selon lui, l’Éduc’alcool du X devrait travailler de pair avec le milieu de l’éducation pour sensibiliser les enfants sur les effets de la pornographie malsaine en matière de santé publique.

Quatre candidats

Quatre candidats ont officiellement déposé lundi leur bulletin de candidature dans la course à la direction du Parti québécois. En plus de Paul St-Pierre Plamondon, l’humoriste Guy Nantel, le député Sylvain Gaudreault et l’enseignant Frédéric Bastien devraient être présents ce week-end à Montréal pour faire des allocutions au congrès du Conseil national des jeunes du Parti québécois.

L’élection du prochain chef péquiste se fera le 19 juin prochain. Deux débats seront organisés au cours des prochains mois.