(Munich) Justin Trudeau a assuré des élus américains que son gouvernement minoritaire aurait un appui suffisant au Parlement pour ratifier le nouvel accord commercial nord-américain au cours des prochaines semaines.

La Presse canadienne

Le premier ministre a fait vendredi cette prévision à Munich lors de sa rencontre avec une délégation du Congrès américain en marge d’une conférence internationale sur la sécurité et la défense.

M. Trudeau a remercié les membres du Sénat et de la Chambre des représentants — un groupe bipartite dirigé par le sénateur républicain Lindsey Graham — pour leur soutien au nouvel Accord Canada-États-Unis-Mexique (ACEUM). Le Congrès américain a adopté l’ACEUM à la fin de l’année dernière, à la suite de modifications importantes obtenues par des représentants démocrates.

L’accord devrait entrer en vigueur environ trois mois après la ratification par le Canada. Le président Donald Trump a signé le projet de loi de mise en œuvre à la fin de janvier et le Mexique avait ratifié l’ACEUM l’été dernier.

Les libéraux, qui forment un gouvernement minoritaire à Ottawa, devraient pouvoir compter sur l’appui des conservateurs, alors que le Bloc québécois s’oppose à l’accord et que les néo-démocrates ont demandé son examen approfondi. La semaine dernière, le premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a exhorté les députés fédéraux à mettre la politique partisane de côté et à ratifier l’accord pour le bien de l’économie canadienne.

« Notre système parlementaire est un peu… je ne dirai pas un peu plus complexe que le vôtre, a plaisanté M. Trudeau au début de la rencontre avec les élus américains, vendredi à Munich. Cela fonctionne bien, nous commençons habituellement [le processus de ratification] après vous. » Le premier ministre a dit espérer que le vote aurait lieu « dans les semaines qui viennent » et que son gouvernement obtiendrait les appuis requis en Chambre.

Les conservateurs à Ottawa ont exprimé des doutes quant à la façon dont l’accord a été conclu. Ils se demandent si les négociateurs, dirigés par Chrystia Freeland en 2018, auraient pu faire mieux en obtenant plus de concessions de l’administration Trump, très protectionniste. Lorsque le projet de loi de mise en vigueur de l’ACEUM a été présenté à la fin du mois dernier aux Communes, Mme Freeland a déclaré que le débat serait important et qu’elle ne tenait rien pour acquis.