(Ottawa) La sénatrice Lynn Beyak nie avoir prétendu être Métisse.

La Presse canadienne

Mme Beyak a publié mercredi une très brève déclaration disant que les médias avaient rapporté qu’elle s’était dite Métisse sans jamais avoir été membre de la nation autochtone.

« Les Métis sont un peuple formidable, mais pour être claire : je ne le suis pas, je ne l’ai jamais été et je ne le serai jamais, a-t-elle déclaré. Je n’ai jamais prétendu être Métisse à aucun moment, d’aucune façon, à quiconque, dans ma vie. »

Les commentaires controversés de Mme Beyak sur ses origines se trouvaient en annexe d’un rapport du comité d’éthique du Sénat, qui a recommandé vendredi dernier que Mme Beyak soit à nouveau suspendue pour des lettres racistes sur les peuples autochtones qu’elle avait publiées sur son site web.

L’annexe détaille les préoccupations du personnel de l’organisme où Mme Beyak a suivi des séances de formation sur la culture autochtone, à la demande du Sénat. Les responsables ont soutenu que Mme Beyak s’était identifiée comme Métisse en soulignant que ses parents avaient adopté une enfant autochtone, qui est devenue sa sœur.

Le Ralliement national des Métis a affirmé mardi qu’elle devrait envisager de démissionner.

David Chartrand, vice-président de l’organisme, a qualifié les propos de Mme Beyak d’insultants et de racistes. Selon lui, ils constituent une fausse représentation de l’identité métisse.