Le gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) « investira comme aucun gouvernement ne l’a jamais fait dans les transports collectifs », a affirmé le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, devant un parterre de plus de 300 personnes provenant principalement du milieu de la mobilité et du monde municipal.

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

Le ministre a déploré le sous-investissement passé dans les infrastructures de transport collectif en soulignant qu’en 20 ans, seulement deux projets majeurs ont été complétés dans la région de Montréal (le prolongement du métro à Laval et le train de banlieue de Mascouche).

Par contraste, il a rappelé que deux projets importants sont déjà activement en chantier dans la métropole – le Service rapide par bus (SRB) du boulevard Pie-IX et le Réseau express métropolitain (REM) – et que d’autres grands projets s’y ajouteront d’ici quelques années, dont le prolongement de la ligne bleue du métro. Ces projets ont tous obtenu leur feu vert initial du gouvernement libéral précédent.

Toutefois, le ministre a rappelé que c’est le gouvernement actuel qui a commandé des études approfondies en vue de l’implantation d’un « mode structurant de transport collectif » dans le prolongement de la ligne jaune du métro et sur le boulevard Taschereau, sur la Rive-Sud de Montréal.

Des études sont aussi en cours pour la réalisation d’un autre « mode structurant » dans l’axe de la rue Notre-Dame, à Montréal, entre le centre-ville de la métropole et la pointe est de l’île.

« Coût, confort, durée du déplacement, a récité M. Bonnardel. Je suis persuadé que beaucoup de citoyens délaisseraient leur voiture personnelle et opteraient plutôt pour le transport collectif si on leur offrait un service qui satisfait ces trois critères-là ».

Des sommes colossales

Le ministre Bonnardel prenait la parole à l’occasion du dîner-bénéfice annuel du groupe Trajectoire, un organisme qui fait la promotion du transport collectif partout au Québec, et qui défend les intérêts des usagers.

En clôture de l’événement, le président de Trajectoire Québec, François Pépin, a rappelé une vieille revendication de son groupe – et d’une multitude d’autres dans la société civile – à l’effet d’accorder aux transports collectifs dans le prochain budget provincial 50 % du total des montants investis chaque année par Québec dans les infrastructures de transport.

PHOTO DAVID BOILY, ARCHIVES LA PRESSE

François Pépin de Trajectoire Québec

Présentement, environ un tiers des investissements annuels dans les infrastructures de transport, au Québec, est consacré aux transports en commun, alors que les deux autres tiers sont investis sur les routes de la province.

En mêlée de presse, M. Bonnardel n’a pas voulu s’aventurer aussi loin.

« Quand vous verrez l’enveloppe globale qui pourrait être dédiée au transport collectif par rapport au réseau routier, les sommes sont colossales. Colossales. Il faut trouver un équilibre. Aujourd’hui, on ne peut plus juste élargir pour élargir, construire pour construire, il faut, dans toutes les nouvelles constructions, réserver une place importante pour les transports collectifs, comme on va le faire avec le troisième lien à Québec. »

Communiquez !

La ministre déléguée aux transports et responsable de la région de Montréal, Chantal Rouleau, qui assistait aussi à l’événement, a estimé pour sa part que les dissensions exposées lundi dans La Presse entre la nouvelle Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et les quatre grandes sociétés de transport sous sa gouverne, « sont pour beaucoup des problèmes de communication ».

« Dans chacune des rencontres que j’ai avec nos partenaires de la mobilité, que ce soit les sociétés de transport, les municipalités ou l’ARTM, je parle énormément de communication, de coordination, de concertation. C’est essentiel. On doit tous aller dans la même direction », a déclaré Mme Rouleau.

Elle a rappelé, dans la foulée des propos de M. Bonnardel, « qu’on est en train de mettre en place la première phase de quelque chose qui va transformer la mobilité dans la région métropolitaine, alors tout le monde doit travailler ensemble, et tous doivent contribuer. C’est en ce sens-là que nous travaillons, et si ça déraille, on va remettre les choses sur les rails, dans la bonne direction ».

Interrogée à savoir si elle sentait que quelque chose devait présentement être remis sur les rails, Mme Rouleau a indiqué que « s’il y a des changements à apporter, nous le faisons ».