(Ottawa) Une élue conservatrice de l’Alberta déplore que la langue française prenne trop de place dans la course naissante à la direction de son parti.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

Michelle Rempel Garner, qui représente une circonscription à Calgary, se désole que les critères de sélection des candidats tournent autour du bilinguisme et de la capacité de ceux-ci à obtenir des appuis en Ontario et au Québec.

« Tout le débat a porté sur la langue française. Qu’en est-il de l’Ouest canadien ? » a-t-elle lancé, à l’entrée du caucus conservateur, vendredi.

Les deux seuls candidats d’envergure au leadership du Parti conservateur qui étaient bilingues se sont désistés cette semaine. Il s’agissait de l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest et du député Pierre Poilievre.

Alors que l’ancien ministre Peter MacKay s’annonce comme l’un des seuls candidats sur la ligne de départ, son français est scruté à la loupe par les commentateurs politiques. Il a d’ailleurs publié une vidéo dans la langue de Molière, avec un texte scripté.

« Il a quand même une base qui n’est pas si mal. Le vocabulaire est assez limité, mais on voit qu’il a quand même une connaissance du français et je suis certaine qu’il va chercher à s’améliorer », prédit Stéphanie Chouinard, professeure adjointe de science politique au Collège militaire royal du Canada à Kingston.

Mme Rempel Garner n’écarte pas la possibilité de se lancer dans cette course à la direction afin de représenter les intérêts de l’Ouest canadien, où le sentiment d’aliénation est grandissant, dit-elle.

Pour le député de Louis-Saint-Laurent, Gérard Deltell, la question ne se pose même pas : le prochain chef devra parler français.

« La réalité, c’est que chacun doit faire la démonstration de la qualité de son français dans un débat. Il n’y a rien de mieux qu’un débat pour démontrer si, oui ou non, vous êtes capable de parler en français », a-t-il dit.

Pierre Poilievre est d’accord pour dire qu’il ne faut pas sous-estimer la colère des Albertains. Mais il ne faut pas pour autant négliger la connaissance du français.

« Je pense qu’il nous faut parler aux Québécois dans leur langue. C’est sûr. C’est une des langues fondatrices de notre pays. Comme député, je me consacrerai à travailler encore plus fort pour semer notre message en français », a-t-il déclaré.

La ministre du Développement économique et des Langues officielles, Mélanie Joly, avait une réponse plus succincte à offrir à Mme Rempel Garder : « Bienvenue au pays ».

Le critère du bilinguisme pour le prochain chef a retenu cette semaine l’attention dans la presse anglophone.

L’ancien éditeur Ken Whyte a publié un texte d’opinion dans le « Globe and Mail », où il soutient qu’il est temps de revoir le critère du bilinguisme pour devenir chef de parti ou premier ministre.

La réplique ne s’est pas fait attendre de la part de l’ancien commissaire aux langues officielles Graham Fraser, dans les pages du même journal. Il dit qu’il y a un mot pour les candidats à la direction et chefs politiques qui ne sont pas bilingues : des « perdants ».

La professeure Chouinard explique qu’en ce moment, la course à la direction du Parti conservateur n’est pas encore assez avancée pour débattre d’enjeux de fond. Il est donc normal que des considérations telles que le bilinguisme attirent l’attention.

« Le premier test significatif, c’est effectivement la connaissance de la seconde langue officielle. Pour être en mesure de juger les candidats sur des positions politiques, il va falloir faire preuve d’un peu de patience », conclut-elle.