(Québec) Alors qu’un sondage ne donne qu’un tiers d’appuis au projet controversé de terminal méthanier GNL-Québec, le gouvernement Legault assure qu’il ne fait « aucun effort » pour le favoriser.

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne

L’enquête d’opinion Léger parue mercredi suggère que la moitié des répondants est contre le projet, tandis que 33 % l’appuient. GNL-Québec consiste en la construction d’un gazoduc de 750 km transportant du gaz naturel de l’Ouest, à partir de l’Ontario, jusqu’à une usine de liquéfaction à Saguenay, pour acheminer ensuite le gaz naturel liquéfié (GNL) à l’étranger par bateau.

Le premier ministre François Legault a souvent exprimé son appui au projet, tout en ajoutant qu’il devait passer le test de l’acceptation sociale. Sa ministre du Développement régional, Marie-Eve Proulx, était allée un peu plus loin en affirmant que « tout le monde est d’avis que le projet peut apporter énormément pour l’économie des régions ».

Or le sondage Léger suggère plutôt que l’opinion publique est divisée. Environ la moitié des répondants (46 %) seraient contre le mégaprojet, mais une personne sur cinq interrogée (21 %) ne sait pas ou refuse de répondre.

Questionné par l’opposition en Chambre mercredi, M. Fitzgibbon a assuré que le gouvernement ne travaillait pas sur ce projet actuellement.

« Si le projet a l’accord du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE), si les gens veulent faire le projet un jour, on le regardera. Pour l’instant, le gouvernement a mis zéro sou dans le projet, il ne fait aucun effort présentement […] Il n’y a rien qui se passe présentement de la part du gouvernement avec le projet de GNL-Québec. »

La députée Ruba Ghazal, de Québec solidaire (QS), a affirmé que le projet GNL Québec est en « plein naufrage » après le départ de certains de ses dirigeants,

« Pourquoi est-ce que le gouvernement continue d’accorder sa confiance (au projet) ? Il n’y a pas d’acceptabilité sociale, est-ce que le gouvernement et le ministre peuvent le reconnaître ? »

« Le tiers des Québécois seulement soutient le projet GNL, donc il y a deux tiers des Québécois qui ne regardent pas ça d’un bon œil », a renchéri le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon, en conférence de presse.

Selon lui, c’est un projet « incohérent » par rapport au Plan vert déposé par le gouvernement qui vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre du Québec.

Depuis le jour 1, le PQ est contre ce projet, a-t-il conclu, et « l’ensemble de la population québécoise est exactement au même endroit que nous là-dessus ».

Le sondage suggère par ailleurs qu’une majorité des répondants (54 %) est contre une participation financière du gouvernement au projet.

Le sondage web a été commandé par Greenpeace, Équiterre, Nature Québec, Eau Secours !, Ceves et le RVHQ. Il été réalisé du 20 au 22 novembre dernier auprès de 1000 répondants. S’il s’agissait d’un sondage par échantillon probabiliste, la marge d’erreur serait estimée à 3,1 %, 19 fois 20.