(Québec) Après son ministre des Finances, François Legault en a rajouté une couche au sujet des visées du gouvernement Trudeau d'imposer des normes nationales pour les CHSLD. « Je ne vois pas ce que le fédéral connaît là-dedans », a-t-il lancé mardi, pressant à nouveau Ottawa d'augmenter les transferts en santé.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le gouvernement Legault est clair: pas question que le fédéral « se mêle » des pratiques dans les centres de soins de longue durée. Au lendemain du dépôt de l'énoncé du gouvernement Trudeau, François Legault et son ministre Eric Girard ont, tour à tour, dénoncé qu'Ottawa demeure muet sur les transferts en santé mais qu'il maintienne son désir d'imposer des normes nationales pour les CHSLD.

« Si [le gouvernement fédéral] veut vraiment nous aider dans les CHSLD, dans les hôpitaux, dans tout le réseau de la santé, bien, il faut qu'il nous envoie un signal qu'il est prêt à augmenter sa contribution récurrente, parce qu'en plus, on voit, là, que le déficit structurel est moins grand au fédéral que dans les provinces », a martelé M. Legault. « Il a la marge de manoeuvre », a-t-il plaidé.

Un peu plus tôt, le ministre des Finances affirmait que l'intention du gouvernement Trudeau qui veut ajouter des normes fédérales pour les CHSLD est « inacceptable » pour le Québec et pour les provinces.

« Je tiens à réitérer que pour le Québec, si le fédéral va de l’avant — parce que c’est des intentions, à ce stade-ci, il n’y a pas de sommes — avec un programme national de garderies et un programme d’assurance médicaments, le Québec exercera son droit de retrait avec pleine compensation financière », a-t-il prévenu.

Justin Trudeau a, pour sa part, assuré mardi qu'il était prêt à parler du transfert en santé, même si l'énoncé n'en fait pas mention. Les premiers ministres des provinces et M. Trudeau tiennent une rencontre au sommet le 10 décembre. Les transferts en santé est « le seul sujet » à l'ordre du jour, a précisé M. Legault. Les provinces réclament une hausse des transferts en santé de 28 milliards par année.

« Ça fait longtemps qu'on demande cette rencontre-là, on a une demande unanime des provinces pour faire passer la contribution du gouvernement fédéral aux dépenses de santé des provinces de 22 % à 35 %, ce qui voudrait dire, par exemple, pour le Québec, 6 milliards de plus par année, sans condition », a expliqué le premier ministre Legault, mardi.

« M. Trudeau a fait beaucoup d'annonces depuis le mois de mars, mais presque toutes ces annonces, c'est de l'argent non récurrent alors que le deux tiers des dépenses en santé, c'est du personnel, donc, par définition, de l'argent récurrent », a-t-il ajouté.

Le déficit fédéral atteindra un sommet historique d’au moins 381,6 milliards de dollars durant l’exercice financier en cours, a confirmé lundi la ministre des Finances, Chrystia Freeland, dans son énoncé économique déposé à la Chambre des communes.

Le ministre des Finances, Eric Girard a néanmoins salué la décision d’Ottawa d’imposer à compter de juin 2021 la TPS et la TVQ sur les biens et services étrangers. « C’est positif, c’était une question d’équité pour les entreprises », a souligné M. Girard. Il accueille aussi favorablement le retour de la subvention d’urgence à 75 %, « des mesures positives pour les travailleurs, les familles ».