(Washington) Un tweet d’Élections Canada affirmant que l’organisme fédéral n’utilise pas de machines pour compter les votes a obtenu un « like » de la part du président des États-Unis.

La Presse Canadienne

Sans preuve, Donald Trump accuse un fabricant canadien de machines pour compter les votes d’avoir comploté contre lui dans l’élection présidentielle du 3 novembre.

Le président républicain entraîne maintenant l’administrateur indépendant des élections au Canada dans la mêlée.

Élections Canada a écrit lundi sur Twitter qu’il n’a jamais utilisé de machines à voter ni de machines pour compter les votes en 100 ans d’existence.

« Élections Canada n’utilise pas les systèmes de vote Dominion, mais plutôt des bulletins de vote papier, qui sont comptés à la main devant des représentants de candidat », a aussi écrit l’organisme.

Donald Trump a relayé le message sur Twitter, mardi, dans ses efforts pour semer le doute sur les intentions de la compagnie, qui a été fondée par des partenaires canadiens et qui compte des bureaux à Toronto et à Denver.

Des responsables de Dominion ont réfuté catégoriquement les accusations du président.

« Cela dit tout », a écrit Donald Trump sur Twitter, mardi, après qu’Élections Canada eut indiqué qu’il n’utilisait que des bulletins de vote papier qui sont comptés à la main.

Élections Canada a indiqué mardi que le message de la veille visait uniquement à signaler qu’il n’utilise pas de machines pour compter les votes et ne devrait être interprété d’aucune autre façon.

Dominion, fondée à Toronto dans la foulée de la controverse sur les élections aux États-Unis en 2000, a dû se défendre vigoureusement contre les théories du complot alimentées par le président, ses partisans et des médias proches de Trump.

« Dominion Voting Systems nie catégoriquement les fausses affirmations sur les transferts de vote avec nos systèmes », a déclaré l’entreprise dans une manchette en majuscules sur son site web.