(Vancouver) Le chef libéral de la Colombie-Britannique, Andrew Wilkinson, a annoncé lundi qu’il quitterait son poste dès qu’un remplaçant serait choisi.

La Presse Canadienne

Dans une brève déclaration, M. Wilkinson a indiqué qu’il avait demandé au président du parti d’établir avec l’exécutif un calendrier pour l’élection de son successeur. Il a dit qu’il démissionnerait lorsqu’un nouveau chef serait désigné.

Les libéraux ont perdu une douzaine de sièges lors des élections provinciales de samedi, bien qu’il reste encore à compter 525 000 bulletins de vote transmis par la poste.

Les sièges perdus par le Parti libéral ont donné aux néo-démocrates de John Horgan un gouvernement majoritaire.

M. Wilkinson avait accepté le poste de chef libéral en 2018, en remplacement de Christy Clark, qui a démissionné lorsque les libéraux ont perdu le pouvoir après les élections de 2017.

« Diriger les libéraux de la Colombie-Britannique a été un grand honneur, mais il est maintenant temps pour moi de faire de la place pour que quelqu’un d’autre assume ce rôle », a affirmé M. Wilkinson, 63 ans.

Avant d’être élu en 2013 pour représenter Vancouver-Quilchena, il avait occupé plusieurs postes au sein du gouvernement, notamment dans le domaine de la justice et de l’enseignement supérieur. En dehors de la politique, il a aussi été avocat et médecin.

La campagne électorale des libéraux était centrée sur les promesses d’annuler la taxe de vente provinciale pendant un an, d’éliminer l’impôt sur le revenu des petites entreprises et d’ouvrir à la concurrence le système public d’assurance automobile de la province.

Mais M. Wilkinson s’est retrouvé sur la défensive à plusieurs reprises pendant la campagne, notamment lorsqu’une candidate libérale a fait des remarques sexistes à propos d’une députée néo-démocrate et qu’une autre a adopté une position controversée sur les droits des personnes LGBTQ. La députée sortante Laurie Throness a par ailleurs quitté le parti à la fin de la campagne pour se présenter comme indépendant après avoir comparé la contraception gratuite à l’eugénisme.