(Ottawa) Le Bloc québécois votera bel et bien contre le discours du Trône.

Catherine Lévesque
La Presse Canadienne

« Ce ne sera une surprise pour personne. Les différences semblent irréconciliables », a lancé le chef bloquiste Yves-François Blanchet pour expliquer sa décision, jeudi après-midi.

M. Blanchet avait lancé un ultimatum aux libéraux après le discours du Trône. Il leur avait dit qu’ils avaient une semaine pour hausser les transferts en santé à un niveau de 35 % dès l’an prochain, tel que demandé par Québec et toutes les provinces.

N’ayant pas eu de suite à sa demande, la formation politique de M. Blanchet n’appuiera pas le gouvernement minoritaire de Justin Trudeau dans ce vote de confiance qui aura lieu mardi.

Dans son discours en réponse au discours du Trône, jeudi, le chef bloquiste a tenté de rallier les autres partis d’opposition à sa cause.

« Si ce Parlement a du courage, les jours de ce gouvernement sont comptés. Et si certains d’entre nous avaient eu du courage, ce sont les heures de ce gouvernement qui seraient comptées », a lancé M. Blanchet.

Les conservateurs ont déjà indiqué qu’ils vont voter contre le discours du Trône ; les néo-démocrates ont pour leur part déjà assuré le gouvernement de leur appui.

M. Blanchet dit que c’était « écrit dans le ciel » que les troupes de Jagmeet Singh allaient voter pour le discours du Trône.

« Ils ne sont pas un exemple de courage. Ils sont dans une situation (financière) qui ne leur permet pas d’aller en élection et ils vont prétendre que ce n’est pas la raison pour laquelle ils n’en veulent pas, mais c’est probablement pour cela », a-t-il déclaré en anglais.

M. Blanchet, de son côté, se prépare pour une élection dans les prochains mois.

Il dit qu’il compte bien faire en sorte « que ce gouvernement-là ne puisse pas dépasser le printemps 2021 ».