(Montréal) Tout en condamnant le déboulonnage de la statue de John A. Macdonald survenu ce week-end à Montréal, le premier ministre Justin Trudeau a reconnu qu’il est pertinent de réexaminer le bilan de tous les premiers ministres canadiens, y compris celui de son père Pierre. De son côté, François Legault est catégorique: « on va la restaurer, et puis la remettre en place », a-t-il tranché lundi.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

« C’est inacceptable, a renchéri le premier ministre du Québec. Ce n’est pas vrai qu’une poignée de personnes vont commencer à démolir ce qui fait partie de notre histoire. Je pense que oui, on est tous d’accord qu’il faut lutter contre le racisme, mais, à un moment donné, ce n’est pas une démocratie quand on commence à déboulonner des statues comme ça. »

« Nous devons respecter l’histoire », a-t-il ajouté plus tard en anglais. « Nous pourrons avoir des discussions dans les années à venir à propos de possibles changements, mais maintenant, la décision prise est qu’elle sera remise à sa place », a-t-il maintenu.

Justin Trudeau croit qu’un réexamen généralisé serait de mise.

« Je pense qu’on peut aussi poser la question par rapport à mon père. Je pense qu’on doit poser des questions par rapport à tous nos anciens premiers ministres — nos leaders du passé qui ont sûrement fait beaucoup de bonnes choses, mais qui, aussi, ont fait quelques erreurs. Un pays doit s’informer de son passé », a dit le premier ministre en marge d’une annonce faite à Montréal lundi matin.

M. Trudeau a toutefois vivement condamné le « vandalisme » et l’acte « unilatéral » posé par les manifestants à Montréal. « Une conversation mature, parmi les Canadiens, sur comment on va éduquer, s’informer, se souvenir de ceux qui sont venus avant nous, c’est important. […] Mais soulever de la polémique divisive en détruisant des statues de façon unilatérale, en faisant du vandalisme, ce n’est pas la façon d’avancer en tant que société », a-t-il dit.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Justin Trudeau

De son côté, le chef bloquiste Yves-François Blanchet s’est moqué de l’offre du premier ministre albertain Jason Kenney de déménager la statue en Alberta. Il a dit qu’il serait prêt à lui procurer les plumes et le laisserait ajouter le goudron pour couvrir la statue du premier premier ministre du Canada.

Le nouveau chef conservateur Erin O’Toole, lui, s’est exprimé sur son fil Twitter au cours de la fin de semaine pour venir à la défense de son prédécesseur conservateur.

« Le Canada n’existerait pas sans Sir John A. Macdonald. Nous ne construirons pas un avenir meilleur en défigurant notre passé. Il est temps pour les politiciens d’arrêter de se plier face aux activistes radicaux et de se tenir debout pour le Canada », a-t-il écrit.

-Avec La Presse canadienne