(Ottawa) L’organisme WE Charity (UNIS, en français) a tenté d’éclairer à sa façon un controversé courriel de son cofondateur Craig Kielburger transmis le printemps dernier à l’ancien ministre des Finances, Bill Morneau.

La Presse canadienne

Selon l’organisme, le sujet du courriel était la possibilité d’une seconde vague de COVID-19, et non l’obtention de contrats gouvernementaux.

Le courriel figure parmi les milliers de pages de documents publiés cette semaine par le gouvernement libéral au sujet de la controverse entourant WE Charity.

Mais comme la grande majorité des documents remis, ce courriel a été très caviardé, ce qui complique la tâche pour tenter de comprendre ce que voulait dire M. Kielburger à M. Morneau.

Ce courriel faisait partie des documents auxquels le député conservateur Pierre Poilievre faisait référence lorsqu’il a accusé le gouvernement libéral d’être en pleine opération de camouflage sur sa décision de l’organisme WE Charity le contrat de gestion d’un programme de bourses.

WE Charity affirme que le courriel du 26 avril était accompagné de deux rapports épidémiologiques au sujet d’une éventuelle deuxième vague. M. Kielburger aurait mentionné ces deux rapports au ministre Morneau lors d’un appel téléphonique, le jour précédent.

L’appel avait été fait par le ministre, comme celui-ci l’a témoigné devant un comité parlementaire. M. Morneau avait entrepris une série d’appels auprès d’entreprises et d’organisations sans but lucratif afin de mesurer les répercussions de la COVID-19.

WE Charity a publié deux autres portions du courriel, mentionnant les deux documents joints. Le premier de ces documents portait sur le travail d’un épidémiologiste de l’Université de Toronto sur des modèles de projections pour l’Ontario. Le second était la retranscription d’une conversation sur les répercussions de la pandémie sur les marchés.

« Je réalise que votre équipe vous procure des données extraordinaires, écrit M. Kielburger. Si cela peut vous aider, voici deux documents joints. »