Les parents d’enfants majeurs lourdement handicapés recevront plus d’aide financière, soit un nombre minimal de 20,5 heures de services remboursés par le Québec, a annoncé aujourd’hui Lionel Carmant, ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux.

Louise Leduc Louise Leduc
La Presse

Les parents dans cette situation pourront assurer eux-mêmes les soins et donc être rémunérés pour ce qu’ils accomplissent au quotidien (exception faite des heures de répit). Les chèques emploi-service pourront aussi servir à embaucher des travailleurs de gré à gré prêts à apporter un soutien à domicile.

« Je suis très sensible à la situation vécue par ces parents qui doivent assumer des responsabilités hors du commun en termes de soins particuliers et complexes requis pour répondre aux besoins de leur enfant. Nous voulons préserver leur qualité de vie et leur réitérer qu’ils ont tout notre appui », a déclaré M. Carmant.

Une évaluation des besoins et de la situation de la personne lourdement handicapée doit au préalable être réalisée par le CLSC.

Pour avoir droit à cette aide, les personnes doivent nécessairement habiter sous le même toit que leur enfant handicapé. Les parents doivent aussi démontrer qu’ils ont la capacité de prendre leur enfant en charge de façon sécuritaire et sans risquer eux-mêmes l’épuisement.