(Québec) La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, a déposé jeudi un projet de loi visant à créer la politique nationale sur les proches aidants promise il y a près de deux ans par le gouvernement Legault

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

« C’est un privilège… et avec émotion que je présente ce projet de loi […] visant à faire connaître la contribution des personnes proches aidantes, à la faire reconnaître et à soutenir ces personnes dans leur rôle », déclaré la ministre Blais en Chambre jeudi matin.

Le projet de loi 56 prévoit l’adoption par le gouvernement d’une politique nationale pour les « personnes proches aidantes », assortie d’un plan d’action renouvelé aux cinq ans et d’un comité de suivi.

Il prévoit aussi la création d’un « comité de partenaires concernés par le soutien aux personnes proches aidantes » pour faire des recommandations au gouvernement, ainsi qu’un Observatoire québécois de la proche aidance.

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

La ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais.

Cette Loi visant à reconnaître et à soutenir les personnes proches aidantes vise aussi à donner au ministre de la Santé et des Services sociaux un pouvoir d’inspection à l’égard des résidences privées pour aînés (RPA) et d’autres ressources d’hébergement destinées à des clientèles vulnérables.

Le projet de loi prévoit aussi plusieurs gestes symboliques, dont la création d’une semaine des proches aidants (la première semaine de novembre), ainsi que la création d’une « appellation réservée » pour les maisons des aînées et maisons alternatives.

L’adoption d’une politique pour les proches aidants est réclamée avec insistance depuis des années par de nombreux groupes.

Le premier ministre François Legault avait promis d’adopter une telle politique dans son discours d’ouverture, en novembre 2018.

« Il y a, au sein de la population québécoise, des centaines de milliers de héros du quotidien qui s’occupent avec un dévouement hors du commun de nos aînés en perte d’autonomie ou de leurs enfants handicapés, parfois lourdement », avait-il alors déclaré en précisant que ces « héros » sont « souvent des héroïnes, d’ailleurs ».

Au moins 2,2 millions d’adultes québécois posent chaque semaine un geste de proche aidant à l’égard d’un aîné, et 630 000 d’entre eux y consacrent plus de cinq heures par semaine, a estimé l’organisme L’Appui pour les proches aidants d’aînés en 2016.