(Ottawa) Les néo-démocrates et les bloquistes se montrent réceptifs à l’idée de discuter du dépôt de mesures pour resserrer le contrôle des armes à feu, et ce, même si seuls les projets de loi sur la COVID-19 doivent normalement être à l’agenda des travaux parlementaires.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Dans la foulée de la tuerie qui a fait 22 morts en Nouvelle-Écosse, le premier ministre a soutenu que les libéraux étaient « ouverts à parler aux autres partis pour voir s’il y a un appétit de bouger plus rapidement même pendant cette période de crise sur renforcer le contrôle des armes à feu ».

Le hic, c’est qu’en vertu de la motion approuvée pour le retour des députés de la Chambre des communes, seuls les projets de loi liés à la lutte contre la pandémie de la COVID-19 peuvent être déposés.

Il a rappelé qu’avant que la crise ne frappe, le gouvernement était « presque prêt » à présenter les mesures sur le contrôle des armes à feu. « On est tout à fait ouvert à les introduire bientôt », a assuré Justin Trudeau en conférence de presse.

Un peu plus tard, en coulisses, un stratège libéral a prévenu que les chances de voir une telle mesure législative se retrouver au feuilleton étaient « assez limitées ».

Pendant la campagne électorale, les libéraux s’étaient notamment engagés à interdire les armes d’assaut de style militaire et donner aux municipalités la capacité de restreindre davantage ou interdire les armes à feu, en collaboration avec les provinces et les territoires.

Au Parti conservateur, où l’on juge que l’interdiction des armes d’assaut n’est pas la voie à suivre, on n’a pas préciser si on était ouvert une discussion sur l’enjeu, mercredi. « Le chef pourra répondre à cette question demain [jeudi] lors de son point de presse », a dit une porte-parole.

Dans le camp néo-démocrate, on n’écarte pas l’option mais « il faudra voir les détails avant de se prononcer sur la proposition », a déclaré le député Alexandre Boulerice. « Nous sommes prêts à faire ce qui aurait dû être fait depuis longtemps », car « en principe nous sommes favorables aux appels à l’interdiction des armes d’assaut », a ajouté l’élu montréalais.

Du côté du Bloc québécois, on signale que « si le gouvernement dépose un projet de loi en ce sens, nous sommes prêt à en débattre ». La formation « est favorable à une loi qui, rapidement, interdira les armes d’assaut, contrôlera les armes de poing, mais n’interdira évidemment pas les armes de chasse sportive », a déclaré le chef Yves-François Blanchet dans un communiqué.