(Québec) Le candidat à la direction du Parti libéral du Québec (PLQ), Alexandre Cusson, propose d’investir « des milliards » pour développer un réseau de transport collectif interrégional qui deviendrait « notre prochaine Baie-James », un projet « signature » et « ambitieux » dans la lutte aux changements climatiques.

Hugo Pilon-Larose
Hugo Pilon-Larose La Presse

M.  Cusson a officiellement déposé lundi son bulletin de candidature à la permanence du parti, à Québec. En conférence de presse, il était entouré d’une poignée de militants, alors que son communiqué en annonçait « plusieurs ». Il a toutefois expliqué qu’il déposait au PLQ près de 900 signatures de membres qui l’appuient, provenant des 125 circonscriptions électorales du Québec.

Le candidat libéral a rappelé que plus de 40 % de la production de gaz à effet de serre (GES) dans la province est liée au transport. Il a déploré qu’il soit toujours difficile de voyager entre les régions sans voiture, alors que le service de transport collectif est déficient.

« Il faut être capable de passer de Montréal au Saguenay avec des horaires intéressants et pertinents », a-t-il promis, sans toutefois expliquer comment, exactement, il comptait y arriver.

La « Baie James » du transport collectif n’est pas non plus chiffrée à ce stade-ci, sinon qu’un gouvernement Cusson investirait « des milliards » pour le réaliser.

« On est à l’étape de réfléchir ce qu’on veut comme réseau », a-t-il répondu, promettant plus de détails dans la prochaine campagne électorale, en 2022, si les membres libéraux le choisissent comme chef, le 31 mai prochain.

Le premier débat entre Alexandre Cusson et Dominique Anglade, candidate dans la course à la direction du PLQ, aura lieu le 29 mars prochain.