(Ottawa) Un député conservateur a demandé à une députée néo-démocrate si elle avait déjà pensé être travailleuse du sexe.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Arnold Viersen a posé la question à Laurel Collins en plein débat en Chambre sur une motion entourant le tragique dossier du meurtre de Marylène Lévesque.

La néo-démocrate venait de l’inviter à « écouter les voix des travailleurs du sexe », qui « disent que le travail du sexe est un travail ».

Lorsque son droit de parole est venu, Arnold Viersen y est allé de cette réplique à l’intention de l’élue de la Colombie-Britannique :

« Je répondrais simplement à cela en demandant à la députée d’en face si c’est un domaine d’emploi dans lequel elle a songé se diriger », a lancé l’Albertain.

« Ce que je veux dire… monsieur le président… c’est que je pense qu’aucune femme au pays ne fait ce choix d’emploi », a-t-il ajouté d’un ton moins assuré.

Pendant l’intervention du député de l’Alberta, dans les banquettes, on a entendu des cris de désapprobation et « Honte ! Honte à vous ! ».

L’élu conservateur a ensuite fait acte de contrition.

« Un peu plus tôt aujourd’hui, je me suis levé à la Chambre des communes pour m’excuser sans réserve à [Laurel Collins] pour mes commentaires », a-t-il relaté sur Twitter.

L’incident est survenu alors que l’on débattait d’une motion conservatrice exhortant la Chambre à condamner la décision de la Commission des libérations conditionnelles du Canada qui a mené à l’assassinat de la jeune femme.

Le libellé de la motion stipule aussi qu’un comité parlementaire tienne des audiences sur cette sordide affaire, qui a semé l’émoi sur la colline d’Ottawa comme ailleurs au Québec.