(Montréal) Mieux rémunérer les préposés aux bénéficiaires et les enseignants passe par la nécessaire participation des syndicats aux forums de discussion… qu’ils ont décidé de boycotter. Les syndicats devraient reconsidérer leur prise de position, estime le président du Conseil du trésor, Christian Dubé.

Lia Lévesque
La Presse canadienne

Dans une entrevue à La Presse canadienne, le ministre responsable de l’Administration gouvernementale a expliqué sa façon de voir les choses, maintenant que les syndicats qui représentent la plupart des 550 000 salariés des secteurs public et parapublic ont décidé de s’abstenir de participer à ses nouveaux forums de discussion.

Ces trois forums portent sur la réussite éducative, la santé des salariés et l’accessibilité aux soins pour la clientèle en hébergement de longue durée ou recevant des soins à domicile.

La FTQ, la FIQ, l’APTS, la CSQ et la CSN ont tour à tour annoncé qu’ils n’iront pas. Ils y voient des tables parallèles, une distraction, alors que les problèmes sont connus et que les solutions doivent être discutées aux vraies tables de négociation, selon eux.

« C’est sûr qu’on dérange un peu ; on dérange les structures, la gouvernance des syndicats, les fédérations et ce qui se négociait, avant, aux tables sectorielles versus la table centrale. C’est sûr que cette approche-là, innovante, on en est conscient qu’au début, ça change les habitudes. On ne fait pas ça pour être malcommode ; on fait ça parce qu’on veut trouver des solutions à des problèmes qui sont importants », lance le ministre Dubé.

Il prend ainsi les moyens pour mieux rémunérer les enseignants et les préposés aux bénéficiaires — ce que la population souhaite aussi, insiste-t-il.

Pour lui, des offres salariales « différenciées », donc plus importantes pour ces titres d’emploi, passent nécessairement par ces forums de discussion. Et il tient à la participation des syndicats à ces forums, parce qu’agir ainsi pourrait modifier le rangement des emplois. Il lui faut donc leur aval.

« Lorsque les gens, les préposés aux bénéficiaires — et je prends eux comme exemple — vont réaliser que pour aller chercher la rémunération supplémentaire, cette rémunération-là va se discuter dans les forums… Donc, si on veut bonifier l’offre qui est sur la table, à savoir le paiement forfaitaire et le 7 % sur 5 ans, pour aller chercher les montants supplémentaires, il va falloir que les syndicats s’assoient à la table », explique le ministre Dubé.

Le rangement des emplois découle de la relativité salariale. Lorsqu’un emploi est évalué, selon ses exigences et caractéristiques, il se voit attribuer un rangement sur une échelle. Plus le rangement de l’emploi est élevé, plus le salaire est élevé. Ainsi, les préposés aux bénéficiaires ont un rangement 7. Leur donner des augmentations plus importantes bouleverserait l’équilibre dans le rangement des autres emplois, par effet de domino. Québec veut donc obtenir l’aval des syndicats lors des forums pour intervenir ainsi.

« Il faut avoir discuté ces choses-là avant, pour bien s’assurer qu’on va le faire dans le respect des lois, notamment avec la relativité salariale », précise le président du Conseil du trésor.