(Ottawa) Un sondage récent met en lumière les disparités régionales dans la façon dont les Canadiens apprécient leurs anciens premiers ministres fédéraux — des résultats qui peuvent éclairer même la politique actuelle.

La Presse canadienne

Le sondage Léger, mené en novembre pour l’Association d’études canadiennes, révèle que les répondants étaient très divisés dans leur choix du « meilleur premier ministre du 20e siècle », le libéral Pierre Elliott Trudeau recevant la plus grande part des votes avec 15 %.

Au Québec, toutefois, M. Trudeau père se partage la vedette avec Brian Mulroney : les francophones favorisent le progressiste-conservateur qui a réussi à arracher l’accord du lac Meech, tandis que les anglophones optent pour le libéral qui a rapatrié la Constitution en 1982, avec à la clé une Charte canadienne des droits et libertés.

PHOTO ROBERT NADON, ARCHIVES LA PRESSE

Pierre Elliott Trudeau en 1968

Dans l’Ouest, par contre, les répondants au sondage ont plutôt opté pour le libéral Lester B. Pearson, père de l’accès universel aux soins de santé, dans une liste des huit premiers ministres qui ont exercé de longs mandats entre 1900 et 2000. John Diefenbaker, Kim Campbell, Arthur Meighen, R. B. Bennett, John Turner et Joe Clark n’étaient pas inclus dans la liste soumise aux répondants, bien que les conservateurs Bennett et Diefenbaker aient tous deux été premiers ministres plus longtemps que le libéral Pearson.

Le président de l’Association d’études canadiennes, Jack Jedwab, note que Pierre Elliott Trudeau a été choisi par les répondants dans des régions du pays où son fils Justin connaît aujourd’hui des succès électoraux. « Justin Trudeau, qui, à bien des égards, incarne les éléments clés de la vision de son père […] est aujourd’hui populaire auprès des mêmes électeurs qui choisissent son père dans le sondage », a déclaré M. Jedwab. Les jeunes Canadiens, les Ontariens et les Québécois anglophones ont une bonne opinion de l’héritage de Trudeau père, « et peuvent également déterminer comment s’en sortira Justin à l’avenir ».

Pierre Trudeau a été premier ministre libéral de 1968 à 1984 — sauf pour une brève parenthèse de moins de neuf mois en 1979. Brian Mulroney, progressiste-conservateur québécois, a été au pouvoir ensuite, de 1984 à 1993, tandis que Lester B. Pearson a été premier ministre libéral juste avant M. Trudeau père, de 1963 à 1968.

La liste des huit premiers ministres soumis aux répondants comprenait aussi : le conservateur Robert Borden (de 1911 à 1920) et les libéraux William Lyon Mackenzie King (premier ministre à trois reprises entre 1921 et 1948 — plus de 21 ans), Wilfrid Laurier (de 1896 à 1911), Jean Chrétien (1993-2003) et Louis Saint-Laurent (1948-1957).

Les répondants âgés de plus de 55 ans ont surtout opté pour MM. Trudeau, Pearson ou Laurier. M. Jedwab note d’ailleurs que la majorité des répondants de moins de 35 ans — les plus âgés avaient 15 ans à la fin du siècle — ne reconnaissaient pas les noms sur la liste ou s’estimaient inaptes à les classer.

Selon M. Jedwab, les résultats du sondage montrent les effets du temps sur la façon dont les Canadiens se souviennent des performances des premiers ministres. Les personnes de plus de 55 ans se rappellent probablement des gouvernements de Pierre Trudeau, tandis que ceux qui atteignent aujourd’hui cet âge venaient d’obtenir le droit de vote lorsque ce premier ministre a quitté ses fonctions en 1984, rappelle M. Jedwab.

Le sondage Léger a été réalisé en ligne la semaine du 11 novembre auprès de 2295 Canadiens ; les experts en recherche et en méthodologie estiment qu’il est impossible d’attribuer une marge d’erreur à un sondage réalisé en ligne, puisque la méthode d’échantillonnage est non probabiliste.