Le remplaçant d’Andrew Scheer à la tête du Parti conservateur sera nommé en novembre prochain lors d’un congrès à Québec.

Thomas Dufour Thomas Dufour
La Presse

La sélection d’un nouveau chef était censée avoir lieu en avril mais a été retardée à novembre. Le congrès est donc remis du 12 au 14 novembre à Québec.

L’actuel chef conservateur a jeté la serviette le 12 décembre dernier. Son leadership était contesté depuis plusieurs semaines lorsqu’il a annoncé sa démission. Des résultats électoraux mitigés au Québec et des questions d’ordre familial ont été les autres raisons évoquées lors de son retrait.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Andrew Scheer

Le parti n’a toujours pas annoncé ses intentions sur l’échéancier de la prochaine course à la direction.

Les conservateurs semblent être divisés sur le processus à venir. Certains souhaitent que le prochain chef soit élu après le mois d’avril tandis que d’autres disent qu’il n’y a pas de temps à perdre en raison de la présence d’un gouvernement minoritaire à Ottawa.

Un ancien haut responsable du parti a indiqué cette semaine qu’il était possible — mais extrêmement difficile — pour les conservateurs de choisir un nouveau chef au congrès politique si celui-ci avait lieu en avril.

Selon Dan Nowlan, qui avait supervisé la course à la direction du parti en 2017, organiser une telle élection si rapidement nécessite beaucoup de travail.

Plusieurs noms circulent parmi les éventuels candidats, dont ceux du député et porte-parole du parti en matière de finances, Pierre Poilievre, de l’ancien ministre Peter MacKay, de l’ancienne cheffe intérimaire Rona Ambrose et de l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest.

Jean Charest dans la course ?

L’ancien premier ministre du Québec n’a pas caché son intérêt à succéder à Andrew Scheer.

« Personne ne connaît le Canada comme moi ! », a lancé M. Charest, jeudi dernier, lors d’une conversation privée avec des gens d’affaires. Les personnes présentes n’ont pas eu de doute sur l’intérêt de M. Charest pour cette course à la direction.

PHOTO ADRIAN WYLD, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Jean Charest

L’ancien chef libéral a reçu hier l’appui du sénateur québécois Jean-Guy Dagenais. « Je souhaite que Jean Charest saute rapidement dans l’arène et je serai là pour l’aider à redonner aux Canadiens un gouvernement conservateur », a tweeté M. Dagenais. Ce dernier avait critiqué ouvertement le leadership d’Andrew Scheer avant de claquer la porte du Parti conservateur en novembre dernier.

Pour l’instant, Jean Charest n’a pas annoncé formellement son entrée dans la course.

— avec La Presse canadienne