(QUÉBEC) Si rien ne change, les Québécois pourraient se retrouver à donner de juteuses subventions à des acheteurs de camionnettes électriques comme le Cybertruck de Tesla ou le Ford F-150 électrique.

Gabriel Béland Gabriel Béland
La Presse

Plusieurs experts joints par La Presse exhortent le gouvernement Legault à revoir le programme Roulez vert afin de ne pas encourager « l’obésité routière », c’est-à-dire l’augmentation de la taille des voitures sur les routes du Québec.

À l’heure actuelle, le programme Roulez vert prévoit une remise de 8000 $ sur un véhicule électrique qui coûte moins de 75 000 $. Ce plafond sera abaissé à 60 000 $ en avril prochain. Il n’y a pas de restriction prévue en fonction de la taille du véhicule.

Dévoilé en grande pompe à la fin de novembre, le Cybertruck de Tesla pourrait être offert dès 2021 au Canada à un prix avoisinant les 50 000 $, selon l’entreprise. Ford a également annoncé l’arrivée prochaine d’un F-150 électrique.

« Une réflexion » s’impose

« Je pense qu’il va falloir que ça fasse l’objet d’une réflexion », indique en entrevue Daniel Breton, porte-parole de l’Association des véhicules électriques du Québec (AVEQ) et ancien ministre de l’Environnement.

Grand défenseur de l’électrification des transports, partisan des incitatifs à l’achat pour les voitures électriques, M. Breton estime que le gouvernement devrait resserrer ses critères. De plus en plus de gros véhicules électriques vont faire leur entrée sur le marché dans les prochaines années.

PHOTO ROBERT SKINNER, ARCHIVES LA PRESSE

Daniel Breton

J’ai vu des gens qui n’étaient pas spontanément des clients de pick-up se réveiller et dire : “Je veux un Cybertruck”. Mais en as-tu vraiment besoin ? Si la réponse est non, c’est du gaspillage. Encourager le gaspillage, qu’il soit électrique ou pas, c’est non !

Daniel Breton, porte-parole de l’AVEQ

Le Cybertruck sera une camionnette pleine grandeur, d’une longueur (5,9 mètres) beaucoup plus importante qu’un Toyota RAV4 (4,6 mètres) ou qu’une Golf de Volkswagen (4,3 mètres), mais similaire au futur F-150 électrique.

Daniel Breton aimerait voir Québec restreindre la subvention uniquement aux acheteurs qui se procurent une camionnette pour le travail, que ce soit en construction ou en agriculture, par exemple.

« Si le gouvernement dit qu’il veut vraiment encourager les véhicules électriques, il faut continuer le programme Roulez vert, mais il faut décourager les gros véhicules dont on n’a pas besoin, à essence surtout, mais aussi électriques », dit-il.

« Problème de cohérence »

Titulaire de la Chaire de gestion du secteur de l’énergie à HEC Montréal, Pierre-Olivier Pineau estime que les subventions pour l’achat de véhicules électriques sont mal avisées, peu importe la taille du bolide.

« Je trouve que subventionner des véhicules individuels n’a aucun sens, et c’est pire pour les gros véhicules », dit-il.

M. Pineau dit comprendre la volonté du gouvernement d’encourager la voiture électrique. « Mais la congestion, les accidents, le manque d’activité physique, l’étalement urbain… On ne règle rien de ces problèmes », nuance-t-il.

Tout comme Pierre-Olivier Pineau, l’experte en transport à Polytechnique Montréal Catherine Morency s’oppose aux subventions aux voitures électriques.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Catherine Morency

Il y a un problème de cohérence. Le gouvernement dit qu’il faut décourager l’auto solo, que la congestion est un réel problème. Mais en même temps, vous donnez de l’argent pour que les gens s’achètent une auto. Il y a quelque chose que je ne comprends pas.

Catherine Morency, de Polytechnique Montréal

Subventionner de gros véhicules électriques est encore plus contre-productif, selon la titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur la mobilité des personnes.

Catherine Morency se penche à l’heure actuelle sur l’impact des gros véhicules sur la fluidité de la circulation. C’est elle qui parle du phénomène « d’obésité routière ». Les véhicules de plus en plus gros prennent davantage de place dans la rue et influent sur les temps de déplacement.

« C’est préoccupant. La popularité des gros véhicules a un impact sur l’efficacité de nos réseaux », lance-t-elle.

La Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) a estimé à 4,2 milliards le coût de la congestion dans la métropole en 2018. Le chiffre a doublé en 10 ans.

Question de sécurité

Plusieurs experts s’inquiètent aussi de l’impact de la prolifération des gros véhicules sur la sécurité des piétons. C’est le cas de Marie-Soleil Cloutier, professeure à l’Institut national de la recherche scientifique (INRS) et membre du comité d’experts de la Société de l’assurance automobile du Québec (SAAQ) sur la sécurité des piétons.

« Un élément qui me préoccupe, ce sont les VUS dans les villes. Le problème, c’est que les piétons sont frappés plus haut, ils ont plus de risques d’être frappés à la tête », disait récemment à La Presse Mme Cloutier. Elle espère que de nouvelles études pourront permettre de mieux comprendre ce phénomène.

Québec réfléchit

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles du Québec, Jonatan Julien, réfléchit à la place des gros véhicules dans le cadre du programme Roulez vert, a expliqué son attachée de presse, Claude Potvin, sans en dire davantage.

Le programme Roulez vert connaît un succès grandissant. Le rabais de 8000 $, moindre pour un véhicule hybride, s’applique dès l’achat. Le gouvernement rembourse ensuite le concessionnaire.

Cette mesure vise à favoriser l’électrification du parc automobile et à réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Jusqu’à maintenant en 2019, Québec a financé l’achat de près de 19 360 véhicules entièrement électriques et véhicules hybrides rechargeables. L’État avait donné des rabais pour 14 734 de ces véhicules en 2018 et 6225 en 2017.

Ottawa dispose aussi d’un programme qui rembourse jusqu’à 5000 $ à l’achat d’un véhicule électrique. En tout, un acheteur peut donc se voir rembourser 13 000 $.