(Québec) Les élus indépendantistes québécois ont visité vendredi leurs homologues catalans emprisonnés.

Patrice Bergeron
La Presse canadienne

Le député péquiste de Jonquière, Sylvain Gaudreault, ainsi que sa collègue de Québec solidaire (QS), Ruba Ghazal, ont rendu visite à des ministres de l’ancien gouvernement catalan emprisonnés par l’Espagne.

La justice espagnole a condamné à des peines sévères des élus catalans qui avaient organisé un référendum sur l’indépendance de la Catalogne, où le Oui l’avait emporté avec 90 % des voix en 2017. L’Assemblée nationale a protesté à l’unanimité contre les peines infligées aux élus de la Catalogne.

En entrevue téléphonique, Mme Ghazal a expliqué pourquoi il était important pour elle de visiter ces ex-parlementaires. « Un jour, on voudrait faire exactement la même chose, le jour où on prendra le pouvoir, mettre en place un processus démocratique d’accession à la souveraineté. »

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE RUBA GHAZAL

La députée de Québec solidaire Ruba Ghazal en compagnie d'anciens ministres catalans emprisonnés.

Elle et M. Gaudreault ont pu visiter dans un établissement carcéral catalan l’ancien ministre de l’Environnement, Josep Rull, son collègue de la Sécurité publique, Quim Forn, et Jordi Cuixart, d’une association culturelle catalane, Òmnium cultural. Deux d’entre eux sont condamnés à des peines de plus de 10 ans, notamment pour sédition.

« C’était toute une visite, a confié au cours d’un entretien téléphonique M. Gaudreault, encore sous le choc. J’ai été très touché. Je les trouve courageux. »

Il avait l’impression « d’être dans un film », troublé qu’un pays démocratique européen comme l’Espagne incarcère des prisonniers politiques au XXIe siècle.

« Moi, j’en suis un, un député indépendantiste. Comment je réagirais ? » s’est-il demandé.

Mme Ghazal a également été touchée par les rencontres et elle tenait à apporter aux détenus catalans un message de solidarité des Québécois, pour les encourager.

Elle a dit aussi avoir appris des propos d’un des élus catalans incarcérés, concernant la mobilisation populaire en faveur du mouvement indépendantiste.

« La rue, les gens de la société civile, les jeunes, ont découvert qu’ils avaient plus de pouvoirs qu’ils ne le pensaient, ça, c’est une autre leçon. »

Les heurts et manifestations secouent la Catalogne depuis la tenue du référendum. Le président de la Généralité de Catalogne (le gouvernement catalan), Carles Puigdemont, s’est réfugié en Belgique après le référendum et l’Espagne a lancé un mandat d’arrestation contre lui. Il tente depuis un an de visiter le Québec, mais les autorités fédérales refusent de lui délivrer un visa.

Mme Ghazal a aussi remis une pétition de 1500 noms au Parlement espagnol de Madrid pour protester contre l’incarcération des élus catalans.

M. Gaudreault et Mme Ghazal étaient en Espagne pour le sommet des Nations unies sur les changements climatiques, la COP25, à Madrid.

Le Québec et la Catalogne entretiennent des relations bilatérales. Les deux gouvernements ont signé une entente de coopération en 1996 qui s’étend à plusieurs domaines, dont la culture et l’éducation.

En 1999, le gouvernement a ouvert un Bureau du Québec à Barcelone, une sorte de représentation diplomatique. Le gouvernement Legault a nommé Isabelle Dessureault directrice du Bureau du Québec, l’été dernier.