(Ottawa) Le chef conservateur Andrew Scheer jette l’éponge. Il en a fait l’annonce alors que l’on apprenait en coulisses qu’il avait utilisé l’argent du Fonds conservateur pour défrayer les frais de scolarité de ses enfants à l’école privée.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Joël-Denis Bellavance Joël-Denis Bellavance
La Presse

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Le leader de l’opposition officielle a annoncé sa démission jeudi dans un discours à la Chambre des communes. Il a parlé de « l’une des décisions les plus difficiles » de sa vie, mais pas de cette histoire de frais de scolarité.

« Ça a été l’honneur de ma vie professionnelle […] J’ai pris cette décision parce que c’est la meilleure pour le parti », a-t-il soutenu dans une allocution en Chambre, où il a aussi évoqué le meilleur intérêt de sa famille.

Le Parti conservateur a confirmé que le Fonds du Parti conservateur avait été mis à contribution afin de payer les coûts de l’éducation des enfants d’Andrew Scheer. Le chef et son épouse Jill ont cinq enfants, dont quatre sont en âge de fréquenter l’école.

Une source conservatrice ayant requis l’anonymat a précisé à La Presse que le fonds avait payé la différence entre les coûts d’une école privée à Regina et ceux d’un établissement scolaire privé à Ottawa.

La chef adjointe Leona Alleslev ainsi que la leader parlementaire Candice Bergen ont assuré n’avoir aucune information à ce sujet, le sénateur Claude Carignan a pour sa part indiqué que l’affaire était crédible.

« Je ne sais pas si c’est la décision principale [l’affaire des frais de scolarité], mais clairement, il y avait une accumulation de mauvaises décisions, prises ou non prises, donc oui une accumulation, il y a eu une perte de confiance », a dit le sénateur.

L’ancien ministre des Affaires étrangères sous Stephen Harper, John Baird, qui avait été mandaté pour faire une autopsie de la défaite électorale, a rencontré mardi dernier le caucus conservateur du Québec.

Selon nos informations, tous s’entendaient pour dire qu’Andrew Scheer n’avait aucune chance de remporter les prochaines élections et de faire des gains au Québec. L’un des membres de la députation québécoise, Luc Berthold, a néanmoins tenu à le saluer.

« Depuis l’élection, M. Scheer a fait toutes sortes de démarches pour comprendre ce qui s’est passé [au dernier scrutin]. Il a décidé de prendre une décision courageuse », a-t-il offert, disant ne pas être au courant de l’histoire des frais de scolarité.

Un parti « fort et uni »

Dans un discours prononcé presque exclusivement en anglais, le chef démissionnaire s’est félicité d’avoir su garder le parti « fort et uni ». Il a précisé qu’il comptait rester député de sa circonscription de Regina—Qu’Appelle, en Saskatchewan.

Clairsemées quelques minutes auparavant, les banquettes conservatrices s’étaient progressivement remplies dans l’expectative de cette annonce.

Le premier ministre Justin Trudeau a ensuite rendu hommage à son adversaire, arguant que peu savent à quel point le boulot de chef de parti est demandant.

« Au nom de tous les Canadiens, je le remercie pour son service […]. Merci Andrew », a-t-il lancé avant de traverser l’allée et de serrer la main du chef conservateur.

Les chefs des autres formations représentées aux Communes ont ensuite pris la parole pour réagir à l’annonce d’Andrew Scheer.

Ce dernier, qui était en selle depuis mai 2017, faisait l’objet de critiques de la part de ses troupes dans la foulée de la défaite électorale d’octobre dernier.

Il martelait depuis des semaines qu’il avait la ferme intention de s’accrocher à son poste jusqu’à la tenue du vote de confiance prévu au congrès du parti en avril à Toronto.

Mais plusieurs membres du parti lui ont fait comprendre d’une manière sans équivoque qu’il risquait de se faire humilier lors de ce congrès.

Le chef conservateur s’était targué d’avoir réussi à réaliser des gains de sièges et d’être parvenu à augmenter le niveau d’appui du vote populaire au scrutin d’octobre dernier.

La colère couvait toutefois dans les rangs en raison de la contre-performance électorale au Québec et en Ontario.

La campagne a été minée par les tergiversations du chef sur les enjeux de l’avortement et du mariage entre personnes du même sexe.

Des appels à la démission avaient ainsi été lancés, publiquement et sous le couvert de l’anonymat, par des stratèges et des sénateurs.

Les membres du caucus, pour leur part, étaient demeurés silencieux, jusqu’à ce que l’on apprenne que l’ancien ministre Ed Fast avait refusé un poste au cabinet fantôme.