Les parlementaires à Ottawa se recueillent en ce 30e anniversaire de la tragique tuerie de Polytechnique.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Le 6 décembre 1989, j’étais au cégep à quelques coins de rue de l’École polytechnique. Je me souviendrai toujours de cette soirée meurtrière », s’est remémoré le premier ministre Justin Trudeau.

« Aujourd’hui, alors que nous nous souvenons tous ce cet événement terrible survenu il y a 30 ans, nous devons agir pour faire en sorte que ça ne se reproduise jamais », a-t-il ajouté après avoir nommé, au fil de son discours, chacune des 14 femmes assassinées.

Dans son hommage, il a déploré que depuis cet « attentat antiféministe » survenu il y a trois décennies, les choses n’aient pas suffisamment changé, et qu’il était « plus que temps de mettre fin à la violence basée sur le genre ».

Le premier ministre Trudeau a rappelé que son gouvernement s’est engagé à interdire les armes d’assaut « du type de celui qui a été utilisé à Polytechnique » et à mettre en œuvre une stratégie nationale pour contrer la violence basée sur le sexe.

Le chef de l’opposition officielle, Andrew Scheer, s’est aussi levé dans l’enceinte de la Chambre des communes pour rendre hommage aux victimes de l’attentat.

« Elles étaient 14. Quatorze jeunes femmes pleines d’avenir et d’ambition. […] Personne ne sait quand viendra son heure. Ces jeunes femmes n’auraient jamais pu deviner que la cruauté d’un homme s’apprêtait à leur voler ce qu’elles avaient de plus précieux : la vie », a-t-il regretté.

« En tant que père de trois filles merveilleuses, que frère de deux sœurs brillantes et que mari d’une femme sans pareil, ça me fait mal de penser que ces femmes que j’aime tant – et toutes les femmes – doivent encore se préoccuper aujourd’hui de leur sécurité parce que ce sont des femmes », a exposé M. Scheer.

Les députés de la Chambre ont observé une minute de silence après les discours de la porte-parole bloquiste en matière de condition féminine, Andréanne Larouche, du chef néo-démocrate Jagmeet Singh et de la députée verte Jenica Atwin.

Les discours en mémoire du 6 décembre 1989 ont donné l’envoi à la seconde journée des travaux parlementaires à Ottawa, au lendemain du discours du Trône.

Trudeau à Montréal, Scheer absent

Comme a l’habitude de le faire, le premier ministre Trudeau participera à la cérémonie de commémoration des victimes en soirée à Montréal. La gouverneure générale du Canada, Julie Payette, sera également sur les lieux.

En ce qui concerne le chef conservateur n’y sera pas, étant allé « se recueillir sur le site lors de son dernier passage à Montréal », selon ce qu’a signalé son attachée de presse, Virginie Bonneau.