(Québec) À quelques semaines de l’arrivée de l’hiver, une tempête est déjà bien entamée entre le Québec, le Manitoba et l’Alberta, qui s’invectivent jeudi par médias interposés.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Dans un premier temps, le gouvernement manitobain a acheté des publicités dans différents journaux et médias du Québec ayant pour titre « 21 raisons de se sentir chez soi au Manitoba ». Le choix du nombre 21 n’est pas anodin : le premier ministre du Manitoba, Brian Pallister, est très critique envers le Québec et sa loi 21 sur la laïcité, adoptée sous bâillon par le gouvernement Legault.  

« Au Manitoba, la diversité est respectée et valorisée », peut-on lire dans la publicité.  

Le budget alloué à cette première vague de publicités est d’environ 20  000  $, a révélé jeudi le premier ministre manitobain, lequel pourrait être bonifié selon la réponse à la démarche.

« M. Pallister aurait été mieux de mettre cet argent-là pour donner plus de services en français au Manitoba. Et il devrait commencer par essayer de garder ses propres joueurs de hockey, entre autres Dustin Byfuglien, qui n’est pas capable de rester avec les Jets », a ironisé jeudi le premier ministre du Québec, François Legault.  

« Je n’ai pas l’intention d’entrer dans l’escalade qu’on tente de créer. Tout ce que je lance comme message au reste des provinces, c’est de respecter nos compétences », a pour sa part affirmé Sonia LeBel, ministre responsable des Relations canadiennes.  

Le PQ s’adresse à l’Alberta 

PHOTO JACQUES BOISSINOT, LA PRESSE CANADIENNE

Pascal Bérubé

Dans un deuxième temps, le chef parlementaire du Parti québécois (PQ), Pascal Bérubé, a publié jeudi une lettre ouverte dans le Calgary Herald dans laquelle il répond avec vigueur aux nombreuses sorties du premier ministre albertain Jason Kenney concernant le système de péréquation.  

« L’Alberta a fait des choix mal avisés. C’est le cas depuis des décennies. Espérer une stabilité financière à long terme en s’appuyant sur un prix du pétrole historiquement élevé était un combat perdu d’avance », écrit-il.

« Demandez à n’importe quel expert le moindrement sérieux : le Québec ne reçoit pas de paiements de péréquation parce qu’il dépense plus en programmes sociaux […]. Les paiements de péréquation sont calculés en fonction de la capacité d’une province à générer des revenus fiscaux. L’Alberta pourrait générer d’énormes revenus fiscaux et choisit de ne pas le faire », déplore le chef péquiste.  

Selon M. Bérubé, « c’était le temps qu’on réplique, notre seule loyauté va à l’égard du Québec, on veut se faire respecter ». Et au Manitoba, le chef péquiste est tout aussi expéditif : « Qu’ils se mêlent de leurs affaires ».  

-Avec La Presse canadienne