(Québec) La ministre de la Santé Danielle McCann est « prête à regarder » et à « examiner » la possibilité de créer une commission d’enquête spéciale sur les soins en santé mentale au Québec.  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Cette demande a été formulée jeudi dans La Presse par une centaine de familles endeuillées par le suicide d’un proche. Ils estiment avoir été abandonnés par un système de santé dysfonctionnel.  

À son arrivée à l’Assemblée nationale, la ministre McCann s’est dite « très sensible » à leur réalité et souhaitait leur envoyer un message : « Je suis très ouverte à l’idée ».  

« J’ai rencontré ces personnes endeuillées il y a quelques mois. Je les connais. Je suis aussi très sensible, c’est évident, [au fait que] c’est une tragédie terrible que de perdre un membre de sa famille, un enfant, [en raison d’un] suicide », a-t-elle dit.  

La ministre de la Santé n’est toutefois pas prête à annoncer dès aujourd’hui qu’une commission d’enquête spéciale sera créée. En mêlée de presse, elle a rappelé que le gouvernement du Québec a mené au cours des derniers mois des forums sur la santé mentale et que des consultations élargies se tiendront l’hiver prochain. Québec déposera ensuite un plan d’action en santé mentale.  

« Je veux prendre le temps d’examiner la question, mais je réitère qu’on est ouvert à analyser [la création d’une commission d’enquête spéciale] et que je comprends cette demande », a dit Mme McCann.