(Québec) Marwah Rizqy somme ses collègues qui la critiquent en coulisse de le faire à visage découvert.  

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

« S’ils veulent parler, qu’ils aillent au micro. Qu’ils aient la même audace que moi. Je ne me suis jamais cachée. Ni des micros ni des caméras. Mes déclarations, certes, sont parfois très directes, mais vous savez quoi, elles sont en direct », a déclaré Mme Rizqy, mardi.  

La députée libérale de Saint-Laurent réagissait aux propos de certains collègues de son caucus qui la traiteraient selon le Journal de Québec de « Martine Ouellet », l’ex-députée péquiste et ex-cheffe transparlementaire bloquiste, ce qui ne se veut pas un compliment.  

« À chaque fois qu’on a des femmes qui parlent fort, qui peuvent maîtriser davantage leurs sorties, des femmes qui osent dire ce qu’elles pensent et qu’elles pensent avant de parler, vous savez quoi, ça peut déranger. Immédiatement, la boîte à étiquettes sort. Moi, je n’ai pas envie que les gens me définissent. Je trouve ça outrageant qu’on essaie de me ternir en allant ternir une autre femme », a-t-elle répliqué.  

Lundi, Mme Rizqy a annoncé qu’elle ne se présenterait pas dans la course à la direction du Parti libéral. Elle appuie officiellement Alexandre Cusson, maire de Drummondville et ex-président de l’Union des municipalités du Québec (UMQ), qui affirme réfléchir à l’opportunité de se présenter.  

En mêlée de presse, mardi, Mme Rizqy a affirmé qu’elle n’était pas « dans une course contre [Dominique] Anglade ».  

« C’est une course pour le Parti libéral du Québec, pour revenir avec des propositions emballantes et intéressantes pour les Québécois », a-t-elle dit.  

À ceux qui seraient irrités du fait qu’elle n’a pas hésité à critiquer différents aspects des précédents gouvernements libéraux, Mme Rizqy s’est montrée heureuse qu’on lui accole le titre de libre penseuse.  

« Je suis toujours avocate fiscaliste, professeure et lorsqu’on lutte contre les paradis fiscaux, contres les multinationales qui eux, font beaucoup de lobbyisme, si on veut vraiment entrer dans les rangs, on ne fait pas des luttes aussi importantes que celle-ci », a-t-elle dit.  

« Malheureusement, les grands projets de société ne sont pas faits avec des gens qui sont restés dans leur rang, bien campés. C’est vrai que parfois, le changement peut bousculer certaines personnes », a-t-elle ajouté.